La SNCF va mettre en place un nouveau plan anti-fraude
La SNCF va mettre en place un nouveau plan anti-fraude © MaxPPP / PhotoPQR/L'Alsace

La SNCF a été condamnée ce lundi pour discrimination envers plus de 800 cheminots marocains, embauchés au début des années 70. Les plaignants ont démontré devant le Conseil des Prud'hommes de Paris avoir été bloqués dans leur carrière et lésés à leur retraite. La justice a donné raison à neuf dossiers sur dix et a condamné la SNCF pour "discrimination dans l'exécution du contrat de travail" et "dans les droits à la retraite".

Ces travailleurs immigrés de la première génération venue du Maroc (appelés les Chibanis) percevront chacun entre 150 000 à 230 000 euros de dommages et intérêts. Lors du rendu de la décision prud'homale, les plaignants ont crié "Vive la République, vive la France, vive la justice!".

Embauchés en Contrat à Durée Indéterminée mais relevant du droit privé, la plupart de ces agents n'avaient pas le statut de cheminot, réservé aux européens et aux jeunes embauchés. Mais la justice a estimé que même ceux ayant obtenu la nationalité française après plusieurs années de vie en France avaient été lésés dans leur évolution de carrière à la SNCF.

Maintenant on sent qu'on est vraiment cheminots, comme nos collègues

Mohamed Lainouni, l'un des plaignants
Mohamed Lainouni, l'un des plaignants © Radio France / Marion Lour

L'un des plaignants, Mohamed Lainouni, est l'invité du journal de 13h de Claire Servajean

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.