Information France Inter : plusieurs cadres du cimentier sont convoqués ce matin par les enquêteurs du SNDJ (douane judiciaire). Ils risquent une mise en examen pour financement du terrorisme et mise en danger d'autrui.

La cimenterie Lafarge, sur la route de Raqqa, en Syrie.
La cimenterie Lafarge, sur la route de Raqqa, en Syrie. © Radio France / Omar Ouahmane

Certains ont déjà été entendus comme témoins lors de l'enquête préliminaire, désormais, ils vont devoir s'expliquer comme suspects, alors que la justice cherche à établir d'éventuelles responsabilités pénales. L'entreprise, de son côté, a publiquement reconnu avoir indirectement payé des groupes armés pour maintenir l'usine de Jalabiya en activité en pleine guerre civile : "LafargeHolcim rappelle qu'il a condamné avec la plus grande fermeté les erreurs commises en Syrie et qu'il met tout en place pour qu'une telle situation ne puisse plus se reproduire", avait déclaré le groupe le 15 novembre, alors que se bureaux parisiens étaient perquisitionnés.

En 2013, le groupe État islamique vient réclamer sa part

Lors de l'enquête préliminaire, un cadre de Lafarge avait raconté avoir versé de l'argent, dès l'automne 2012, à un intermédiaire charger de "sécuriser les routes", c'est-à-dire de payer les groupes armés qui tenaient les checkpoints, qu'ils soient kurdes ou islamistes. Jusqu'à ce que des groupes terroristes ne viennent réclamer leur part du gâteau. En octobre 2013, le groupe État islamique, qui a "convoqué" deux cadres de Lafarge à Raqqa (c'est finalement l'intermédiaire qui est allé au rendez-vous), obtient un peu moins de 20 000 euros par mois, soit 10% des sommes versées par Lafarge. Des dépenses déguisées en fausses notes de frais dans la comptabilité de Lafarge.

Il faudra attendre le mois d'août 2014 pour que le nouveau directeur de l'usine demande une consultation juridique au siège, avec deux questions rétrospectivement sidérantes : "peut-on acheter des matières premières dans des carrières sous contrôle de l’État islamique ?" et "peut-on traiter avec des transporteurs taxés par DAECH" ? La direction juridique conseille alors, un peu tard, de fermer l'usine. La décision devait être prise lorsque les djihadistes s'emparent du site, le 19 septembre.

Parmi les cadres concernés, seuls trois ont jusqu'ici reconnus ces arrangements. D'autres, comme l'ancien PDG Bruno Laffont, affirment n'avoir été au courant de rien, ni du racket organisé par les groupes armés, ni de l'insécurité grandissante à laquelle étaient exposés les salariés syriens. Certains assurent que l'usine, située en territoire kurde au nord du pays, est longtemps restée à l'écart des combats. Une version contredite par d'anciens salariés syriens, parties civiles, qui ont été entendus récemment à Paris grâce à l'association Sherpa. A l'issue de ces gardes à vue, les juges d'instruction parisiens décideront d'éventuelles mises en examen.
 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.