Mourad Hamyd, 20 ans, a été mis en examen samedi par un juge antiterroriste. Il est soupçonné d'avoir voulu rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie

Mourad Hamyd à Sofia, escorté par la police Bulgare
Mourad Hamyd à Sofia, escorté par la police Bulgare © Maxppp / EPA/STR

Mourad Hamyd, le beau frère de l'un des assaillants de Charlie Hebdo, a été remis à la France vendredi soir par les autorités bulgares. Il a été présenté ce samedi à un magistrat anti-terroriste qui a mis en examen l'étudiant français de 20 ans pour "association de malfaiteurs terroriste" et placé en détention provisoire.

Il y a un mois Mourad Hamyd tente de passer la frontière entre la Bulgarie et la Turquie et se fait refouler par les autorités turques. Le jeune homme est sous le coup d'une interdiction de territoire et sa famille a signalé quelques jours plus tôt sa disparition.

Une information judiciaire est immédiatement ouverte accompagnée d'un mandat d'arrêt européen. Jusqu'à vendredi Mourad Hamyd était en centre de rétention en Bulgarie, il a accepté son extradition vers la France expliquant qu'il n'avait voulu faire que du tourisme et qu'il n'entretenait aucun lien avec une organisation terroriste. C'est d'ailleurs le même discours qu'il avait servi aux services de renseignements en janvier 2015.

Après avoir su que son nom circulait sur les réseaux sociaux, le beau-frère de Cherif Kouachi, alors élève de terminale, s'était présenté de lui même au contre espionnage pour nier toute implication dans l'attentat contre Charlie Hebdo. Il avait été relâche après 48 heures de garde a vue. Ses professeurs de lycée avaient confirmé sa présence en classe au matin de l'attaque.

Le jeune homme n'était pas un inconnu à La DGSI, fiché S depuis 2014 pour ses liens avec l'islam radical. Le parquet anti terroriste avait demandé sa mise en examen et son placement en détention provisoire.

Mots-clés :