estrosi se défend de chercher à concurrencer le fn sur les roms
estrosi se défend de chercher à concurrencer le fn sur les roms © reuters

Christian Estrosi était l'invité de Claire Servajean à 13h. Après une vague de soutiens sur Facebook, une manifestation plus traditionnelle a lieu cet après-midi dans les rues de Nice pour défendre le bijoutier mis en examen pour homicide volontaire.

Un rassemblement doit avoir en début d'après-midi, à l'appel de la chambre syndicale des bijoutiers de la Côte d'Azur. Objectif : apporter le soutien des commerçants à Stéphan Turk, le bijoutier qui a tué un braqueur mercredi dernier. Les commerçants, mais pas seulement : les élus aussi s'y mettent.

A ECOUTER > Le reportage de Raphaël Godet à Nice

Le bijoutier a été mis en examen pour homicide volontaire. Il a été laissé en liberté sous surveillance électronique.

Depuis il a reçu des centaines de milliers de soutiens virtuels sur Facebook. Sur la page "officielle", on revendique plus d'1,5 millions de "likes". Un chiffre qui fait polémique, certains accusant la page d'avoir truqué leur succès en achetant des soutiens virtuels.

A LIRE > Un million de soutien, et des questions

Dans le cortège de la manifestation bien réelle d'aujourd'hui, on trouvera aussi le maire de Nice, Christian Estrosi. Il était l'invité du journal de 13h de France Inter.

Depuis le premier instant, j'ai été aux côtés de ce bijoutier, de sa famille. C'est le rôle d'un maire d'être du côté de ceux qui se sentent menacés, qui ont souffert.

Pour moi, la première victime dans cette affaire, c'est d'abord le bijoutier. Il a été condamné à mort par des malfrats qui ont fracturé la porte de sa bijouterie, qui l'ont molesté, qui l'ont tabassé, qui ont pointé sur lui un fusil à pompe en le condamnant à mort s'il n'ouvrait pas sa porte.

Pour François Hollande, "c'est à la justice de faire justice"

François Hollande, invité sur TF1 hier soir, explique comprendre "l'exaspération, la colère" dans cette affaire.

C'est un terrible drame. Ce bijoutier frappé à coups de crosse et qui a commis un acte (nous verrons lequel, sur le plan judiciaire) après le choc qui était le sien. Et le braqueur tué, 14 condamnations, 19 ans, déjà père de famille...

Mais la justice doit à chaque fois prévaloir. C'est à la justice de faire justice et pas à quelque personne que ce soit d'autre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.