Le décompte macabre se poursuit. Depuis le 1er janvier 2019, 51 femmes sont mortes, tuées a priori par leurs conjoints ou ex-conjoints, d'après le collectif "Féminicides par compagnons ou ex".

Le collectif "Féminicides par compagnon ou ex" a décidé de recenser les crimes contre les femmes
Le collectif "Féminicides par compagnon ou ex" a décidé de recenser les crimes contre les femmes © Getty / Kittisak Jirasittichai / EyeEm

C'est un collectif, "Féminicides par compagnons ou ex", qui a pris le parti de recenser ces crimes, en s'appuyant sur les récits de faits divers dans la presse française. Les circonstances des deux derniers drames font froid dans le dos. Martine Lespinasse, 64 ans, artiste peintre, a été poignardée à quarante reprises. Le coup mortel a été porté dans le dos. Elle a été retrouvée par ses enfants, dans l'appartement de son ex-compagnon, à Saint Aubin de Médoc en Gironde. 

Le corps de Marie Alice Dibon, 53 ans, franco-américaine, chef d'entreprise, diplômée en pharmacie industrielle, a été découvert dénudé, dans une valise flottant sur l'Oise il y a une quinzaine de jours. Il vient d'être identifié. Son ami actuel a signalé sa disparition le 19 avril. Elle pourrait s'être ce jour là, rendue à un rendez-vous avec son ancien compagnon. 

Dans ces deux cas, les ex-partenaires sont recherchés par les policiers. L'enquête est en cours. Les hommes recherchés bénéficient de la présomption d'innocence.

"Les situations de violences préexistent aux féminicides"

"C'est un chiffre terrible, c'est une vie perdue tous les deux jours et demi", se désole Françoise Brié, directrice générale de la Fédération nationale Solidarité Femmes. D'autant plus terrible qu'il y a des signes avant-coureurs. "On entend souvent que le crime est passionnel, que la jalousie a entraîné une pulsion, explique Françoise Brié. Mais nous, qui nous portons partie civile régulièrement dans ces drames, nous nous apercevons que l'histoire des violences, remonte souvent à bien des années, avec une aggravation des situations de violences qui va crescendo. Donc ces situations de violences préexistent au féminicide". 

Un tiers de ces meurtres ou assassinats sont commis au moment des séparations. D'où la nécessaire vigilance au moment des ruptures pour accompagner et sécuriser les femmes. "Être victime de violences c'est extrêmement lourd", reconnait Françoise Brié, "avec un parcours complexe, qui peut trouver une solution. Mais à chaque démarche à accomplir - à la fois les démarches judiciaires, les questions d'emplois, d'hébergement, de logement - des professionnels peuvent être à leurs côtés pour les soutenir. Les femmes doivent le savoir." 

90 % des femmes qui appellent le 3919 sont victimes de violences conjugales

Le 3919 est un numéro capital : c'est celui de la plateforme d'écoute nationale dédiée aux femmes victimes de violences. Il est gratuit et anonyme. Disponible 7 jours sur 7, de 9 heures à 22 heures du lundi au vendredi et de 9 heures à 18 heures, les week-ends et jours fériés. Il reçoit 200 appels par jour, avec des pics quand des spots publicitaires ou des reportages sont diffusés.

90 % des appels émanent de victimes de violences conjugales. Les femmes ou des proches peuvent téléphoner pour des conseils, pour être rassurées, pour élaborer une stratégie de départ aussi. "Une fois l'appel passé, les femmes sont orientées vers des structures de proximité" assure Françoise Brié. Le 3919 est adossé à des centaines d'adresses dans chaque département.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.