Le cercle de jeux de l'aviation
Le cercle de jeux de l'aviation © Radio France / Emmanuel Leclere

Le tribunal de grande instance de Paris a prononcé le 19 février dernier la liquidation judiciaire du premier cercle de jeux français. Ces derniers jours, 213 salariés ont été licenciés.

Ce cercle avait été fermé sur décision de Bernard Cazeneuve le 16 septembre dernier après une descente de police et la mise en examen de son gérant, Marcel Francisci, vice-président UMP du Conseil général de Corse du Sud.

Les responsables de l'association qui chapeautaient le Cercle de l'Aviation ont tenté de résister durant plus de quatre mois sur les Champs Élysées. Le bar et le restaurant permettaient ces derniers mois de payer les salariés. Leurs avocats ont bien tenté de faire annuler le non-renouvellement par le ministre de l'Intérieur de leur licence de jeux mais avant même la décision lundi prochain du Conseil d'État, le cercle a dû définitivement fermer ses portes selon Maitre Olivier Karsanti :

Comment peut-on enlever à la capitale son établissement de jeu le plus mythique ?

C'est l'un des anciens croupiers, accusé d'avoir dans un premier temps volé dans la caisse, qui avait finalement dénoncé des rémunérations au noir entre 2009 et 2011. Richard Marin était lui aussi croupier sur les tables de poker. Arrivé fin 2011, il nous avait affirmé n'avoir justement jamais touché d'enveloppe en liquide :

Je me demande si on n'est pas dans une République bananière. L'État m'a abandonné.

Il Il ne reste plus qu'un seul cercle de jeux à Paris près de la place de Clichy.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.