un cadre de la police parisienne en garde à vue pour corruption
un cadre de la police parisienne en garde à vue pour corruption © reuters
**Jean-Yves Adam, le haut gradé de la police parisienne arrêté mercredi a été mis en examen hier à Paris. Il est poursuivi notamment pour "corruption" et "abus de biens sociaux" et a été placé sous contrôle judiciaire.** Jean-Yves Adam, contrôleur général à la préfecture de police à Paris, avait été [placé en garde à vue mercredi dans les locaux de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN)](http://www.franceinter.fr/depeche-un-cadre-de-la-police-parisienne-entendu-pour-corruption), la police des polices. Présenté hier à un juge, il a finalement été mis en examen pour "corruption" et "abus de biens sociaux", mais aussi pour "violation du secret professionnel" et "banqueroute par dissimulation d'actifs". Jean-Yves Adam a été laissé libre sous contrôle judiciaire, avec interdiction d'exercer la profession de fonctionnaire de police, interdiction de quitter le territoire et obligation de verser une caution de 10.000 euros. ### Ce qui lui est reproché Les chefs d'abus de biens sociaux et de banqueroute sont liés à la passion de Jean-Yves Adam : les voitures de sport. Il aurait dissimulé à des créanciers les actifs de sociétés de courses en liquidation judiciaire. Quant aux chefs de corruption et de violation du secret professionnel, ils visent les indulgences et les services accordés par le commissaire : des contraventions qui sautent, ou des fichiers de police donnés à des relations. **Ces chefs de mise en examen aident à dessiner le portrait de Jean-Yves Adam, ancien patron des policiers du centre-ouest parisien. Le point sur l'enquête avec Franck Cognard.**
Jean-Yves Adams avait été nommé en 2005 commissaire du prestigieux 8e arrondissement et également patron du 1er district de la police parisienne (1er, 2e, 3e, 4e, 8e, 9e, 16e, 17e arrondissements). Il était resté neuf ans à ce poste, une durée inhabituellement longue, avant d'être nommé chargé de mission à la préfecture de police.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.