Le débris d'avion provient bien du MH370
Le débris d'avion provient bien du MH370 © MaxPPP

Le Premier ministre malaisien a confirmé que les morceaux d'aile retrouvés sur une plage de la Réunion appartenaient bien à l'avion de la Malaysia Airlines disparu il y a plus d'un an. Ils sont examinés dans un laboratoire près de Toulouse. Par ailleurs, il a ajouté jeudi matin que "des coussins de siège et des fenêtres d'avion" avaient été trouvés dans cette même zone.

C'est depuis Kuala Lumpur que l'information a été confirmée, par le Premier ministre malaisien Najib Razak, en direct à la maison. Les enquêteurs français, malaisiens et australiens avaient acquis la certitude que le flaperon appartenait bien à un Boeing 777 mais il restait à confirmer qu'il provenait du vol malaisien, dont la disparition n'a toujours pas été élucidée.

Aujourd'hui, 515 jours après que l'avion a disparu, c'est avec un cœur très lourd que je dois vous dire qu'une equipe internationale d'experts a conclu que le débris trouvé sur l'île de la Réunion provient effectivement du vol MH370. (...) Nous avons maintenant des preuves physiques (...) que le vol MH370 a terminé son vol tragiquement dans le sud de l'océan Indien.

En parallèle, le parquet de Paris est resté plus timide en parlant de "fortes présomptions" lors d'une conférence de presse mercredi soir.

Les représentants de Boeing ont confirmé qu'il provenait bien d'un Boeing 777. Les représentants de la compagnie Malaysia Airlines ont communiqué des éléments qui ont permis d'effectuer un rapprochement entre la pièce examinée par l''expert et le flaperon du vol MH370, au regard de leurs caractéristiques techniques communes. Ces très fortes présomptions seront à confirmer.

►►►LIRE AUSSI | Les experts français débutent l'analyse du débris d'avion

Les familles soulagées ou dubitatives

En Chine, les proches des victimes refusent de croire à la théorie présentée par les experts. Les familles disent avoir de "sérieux doutes" et certains veulent encore croire que l'avion a été déourné quelque part et les occupants faits prisonniers.

En France, Ghyslain Wattrelos explique avoir ressenti "une douleur énorme". "On avait toujours un infime espoir" explique-t-il. Il ajoute qu'il a bien plus confiance en la justice française que dans les autorités indonésiennes.

Le mystère reste entier

Plusieurs débis avaient été retrouvés sur les côtes de l'île de la Réunion la semaine dernière. L'analyse du morceau d'aile, rapatrié sur le site du laboratoire militaire de Balma, a été étudié par des experts depuis le début de l'après-midi, mmercredi. Des experts français du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) et plusieurs de leurs homologues malaisiens y participaient.

L'analyse complète de la pièce devrait prendre au moins plusieurs jours. Un bagage, contenu dans le même coffre que le morceau d'aile, doit également être analysé. Quant aux causes du crash, il n'est pas sûr que ces pièces puissent réellement donner des explications précises. Quoi qu'il arrive, les analyses doivent continuer dans les prochains jours.

Les flaperons
Les flaperons © idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.