Djihadiste le plus recherché de France, Peter Cherif a été déféré dans la nuit de mercredi à jeudi au parquet de Paris. Il doit purger une peine de cinq ans d'emprisonnement, prononcée en 2011 à son encontre. Le parquet a également requis sa mise en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Peter Cherif a été extradé vers la France samedi dernier, après avoir été intercepté en provenance du Yemen par les autorités djiboutiennes
Peter Cherif a été extradé vers la France samedi dernier, après avoir été intercepté en provenance du Yemen par les autorités djiboutiennes © AFP / Houssein Hersi

Le djihadiste Peter Cherif a été déféré dans le nuit de mercredi à jeudi au parquet de Paris en vue de l'exécution d'une peine de cinq ans de prison prononcée à son encontre en 2011, a annoncé le parquet.

Cet homme, qui avait disparu au dernier jour de son procès à Paris, a été arrêté le 16 décembre à Djibouti. Il doit également être présenté jeudi à un juge d'instruction, dans le cadre d'une nouvelle information judiciaire, et le parquet a requis sa mise en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" ainsi que son placement en détention provisoire, a précisé la même source.

Son rôle de donneur d'ordre lors de la tuerie du 7 janvier 2015 reste à prouver

Une qualification en lien avec son séjour au Yémen, après sa fuite de France en 2011, mais qui ne visera pas expressément son rôle éventuel dans l'attentat contre Charlie Hebdo... Avant son arrestation à Djibouti, Peter Cherif était l'un des djihadistes français les plus recherchés au monde. Mais son implication directe, en tant que donneur d'ordre, dans la tuerie du 7 janvier 2015 reste à prouver. 

Pour tenter d'établir éventuellement sa responsabilité, les enquêteurs ont deux fils à tirer : l'amitié ancienne de Cherif avec les frères Kouachi, les auteurs de l'attentat, du temps de la filière des Buttes-Chaumont. Et le séjour au Yémen de l'un de ces frères, au cours duquel aurait pu être évoqué un projet d'attaque contre Charlie-Hebdo.

Ce Français de 36 ans est une prise de choix pour l'antiterrorisme français. Devenu au Yémen un cadre d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), il avait été inscrit en septembre 2015 par les États-Unis sur leur liste noire des "combattants terroristes étrangers". Selon la présidence djiboutienne, il est arrivé à Djibouti par voie maritime en possession de fausses pièces d'identité. 

"Passe au journal quand tu auras 5 minutes" : Charlie Hebdo a salué à sa manière l'arrestation de Peter Cherif, en lui consacrant la couverture de son édition ce mercredi.

L'attentat du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo a fait 11 morts, dont des figures emblématiques du journal comme Cabu, Wolinksi, Honoré, Tignous ou l'ex-directeur de la rédaction Charb. Interpellé dimanche à son arrivée en France, après avoir été expulsé de Djibouti, Peter Cherif a fait valoir pour l'instant son droit au silence, selon une source proche du dossier.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.