Suspendu durant 10 mois, la Cour d'appel a invalidé l'essentiel de l'enquête de l'inspection générale de la Gendarmerie nationale concernant David Delobel, considéré par certains de ses collègues et supérieurs comme un gendarme ripoux, au sein de la brigade de Nozay dans l'Essonne, en région parisienne.

Celui qui s'était spécialisé depuis 15 ans dans les "gens du voyage", n'écope finalement en appel que de deux mois de prison avec sursis, sans inscription au casier judiciaire et pour une seule infraction sur les neuf qui lui étaient reprochées par l'Inspection générale de la Gendarmerie.

David Delobel avait tenté de se suicider au cours de la procédure. Pour son père, la preuve est maintenant faite qu'il y avait bien "une cabale" contre son fils. David Delobel devrait maintenant se retourner contre ses accusateurs.

Les explications d’Emmanuel Leclère

Mots-clés: