Le journaliste d’investigation marocain Omar Radi a reçu une convocation l’informant qu’il était soupçonné d’intelligence avec une puissance étrangère. Il y a trois jours, un rapport d’Amnesty International estimait que le téléphone du journaliste avait été espionné par les autorités.

Le cas Omar Radi raconté par Forbidden Stories
Le cas Omar Radi raconté par Forbidden Stories © Radio France / Capture écran Forbidden Stories

Le journaliste Omar Radi a annoncé qu’il était convoqué jeudi 25 juin à 10h00 par une unité de la direction générale de la sûreté nationale marocaine. Cette convocation intervient trois jours après la publication d’un rapport d’Amnesty International établissant que son téléphone avait fait l’objet d’un espionnage particulièrement sophistiqué courant 2019.

Le procureur général du Roi a expliqué dans un communiqué que cette convocation intervenait "dans le cadre d’une enquête sur son implication présumée dans une affaire d’obtention de financements de l’étranger, en relation avec des services de renseignement".

Dans une interview donnée au collectif Forbidden Stories (dont fait partie la Cellule investigation de Radio France), Omar Radi a estimé que "l’accusation du parquet [était] absolument ridicule". 

"C’est clairement lié aux récentes révélations d’Amnesty International et Forbidden Stories sur le fait que mon téléphone a été espionné par le Maroc à travers une technologie israélienne."

Les experts d’Amnesty International ont établi que le téléphone du journaliste avait été espionné pendant plus d’un an grâce à l’utilisation d’un logiciel-espion, "Pegasus", développé par la firme NSO. Ni les autorités marocaines, ni NSO n’ont souhaité confirmer qu’ils étaient liés par un contrat. Amnesty International estime cependant que l’espionnage porte la marque des services de sécurité marocains, cette technologie coûteuse étant réservée aux États ou à leurs agences de renseignement.

Omar Radi a déjà été emprisonné en 2019 à la suite d’un tweet critiquant la condamnation de militants des droits de l’Homme par la justice marocaine. Le journaliste affirme qu’il a déjà fait l’objet de surveillance dans le passé. À plusieurs reprises, des informations personnelles ou des communications privées auxquelles il a participé ont été publiées par des sites internet réputés proches des autorités marocaines. Ce journaliste d’investigation, qui a notamment fondé le site d’information "Le Desk" enquête notamment sur la corruption et les spoliations de terres au Maroc.

"Militer pour un Maroc meilleur"

Le fondateur de l’organisation Forbidden Stories, qui vient en aide aux journalistes menacés, Laurent Richard, se dit "très inquiet" après l’annonce de la convocation du journaliste et explique "suivre de très près la situation". Les autorités judiciaires marocaines n’ont pas répondu aux interrogations envoyées par le collectif dans la soirée du 24 juin. Quelques heures avant sa convocation, Omar Radi affirmait : "Je n’ai peur de rien, j’y vais la tête haute. Mon but, c’est de révéler à travers mon journalisme les injustices et la vraie réalité du Maroc, et militer pour un Maroc meilleur en tant qu’activiste".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.