Jean-Pierre Bechter en garde à vue
Jean-Pierre Bechter en garde à vue © MAXPPP

Jean-Pierre Bechter a été convoqué ce mercredi par la police judiciaire à Nanterre dans le cadre de l’enquête sur des achats de votes présumés.

Son directeur de cabinet l’a confirmé, le maire de Corbeil-Essonnes est en ce moment dans les locaux de la Division nationale des investigations financières.

L’étau se resserre : cette convocation s’inscrit dans le cadre d’investigations menées par deux magistrats parisiens pour « abus de biens sociaux, corruption, blanchiment et achat de votes » en marge des élections municipales de Corbeil-Essonnes en 2008, 2009 et 2010.

Jean-Pierre Bechter a succédé à Serge Dassault, lui aussi visé par une plainte dans cette affaire, en 2009.

► ► ► Pour aller plus loin |Corbeil-Essonnes, la connexion marocaine

Cinq autres personnes ont été interpellées lundi dans l’Essonne et en Seine-et-Marne, et placés en garde à vue.

Le clan Dassault-Bechter se plaint du « non-respect du secret de l’instruction »

Jean-Pierre Bechter est « satisfait de pouvoir répondre aux enquêteurs », dans le but de pouvoir « rétablir la vérité », mais son entourage déplore :

Le secret de l’instruction n’est pas du tout respecté. Ainsi, nous voyons défiler des journalistes qui ne se cachent même plus d'avoir des procès verbaux de l'instruction, et bien évidemment, seulement les procès verbaux qui peuvent être utilisés à charge.

De plus, le clan Dassault-Bechter fustige la coïncidence de la garde à vue du maire de Corbeil-Essonnes et de la déclaration de candidature aux municipales de Carlos da Silva, député PS et suppléant de Manuel Valls à l’Assemblée Nationale. Pour eux, cela ne peut pas être « le fruit du hasard ».

Serge Dassault, lui, a régulièrement affirmé qu’il était à la disposition des juges pour être entendu, même si le Sénat a refusé de lever son immunité parlementaire la semaine dernière.

Quant à Jean-Pierre Bechter, il avait déjà été placé en garde à vue en juin, dans un dossier de tentative d'assassinat sur fond d'achat de votes à Corbeil-Essonnes. Il était ressorti libre de son audition par les policiers.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.