Enquête Dassault - Dassault et Bechter
Enquête Dassault - Dassault et Bechter © Max PPP

Le maire UMP de Corbeil-Essonnes Jean-Pierre Bechter, successeur de Serge Dassault, a été mis en examen vendredi par les juges enquêtant sur les soupçons d'achat de votes dans cette commune de l'Essonne pour "recel du produit d'infractions d'achats de votes", "financement illicite de campagnes électorales", "acceptation de dons" et "dépassement du plafond des dépenses électorales".

Jean-Pierre Bechter, avait été présenté vendredi aux juges en charge de l'enquête sur les soupçons d'achat de votes dans cette commune de l'Essonne, après deux jours de garde à vue à Nanterre.

Cristela de Oliveira, adjointe au maire, et Younès Bounouara, présenté comme un relais de l'industriel et sénateur UMP Serge Dassault dans les cités de Corbeil-Essonnes, ont également été mis en examen par les deux juges.

Pour se défendre, Jean-Pierre Bechter avait rappelle que les municipales de 2010 se sont déroulées sous la surveillance du préfet de l'Essonne, après l'annulation des scrutins de 2008 et 2009 par le conseil d'Etat. Venu du groupe Dassault, Jean-Pierre Bechter gagne alors avec près de 800 voix d'avance. "Je ne les ai pas achetées" assurait-il visiblement sans convaincre les enquêteurs.

Car ces derniers ont découvert ce curieux montage libanais : une société créé par Serge Dassault, qui a permis de transférer des fonds à Beyrouth. C'est là bas qu'ont été rémunérés en 2011 plusieurs habitants de Corbeil : deux millions d'euros, chiffre donné par Serge Dassault, pour Younès Bounouara, également mis en examen. Younès Bounouara était déjà en détention provisoire pour avoir grièvement blessé par balles un homme qui dénonce des achats de voix à Corbeil. D'autres témoins l'accusent d'avoir été l'un des principaux agents électoraux de Serge Dassault, puis de Jean-Pierre Bechter.

Protégé de la garde à vue par son immunité Serge Dassault ne peut donc être placé en garde à vue. Mais les juges peuvent mettre en examen, sans contrôle judiciaire, l'industriel, qui a assuré qu'il restait à leur disposition.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.