Dans l'enquête pour financement du terrorisme en Syrie, la justice a saisi les indemnités de départ de quatre anciens cadres et dirigeants, dont Bruno Lafont, le dernier patron du cimentier français avant la fusion avec Holcim. Les quatre mis en examen concernés ont fait appel.

Bruno Lafont, lorsqu'il était le patron du cimentier Lafarge
Bruno Lafont, lorsqu'il était le patron du cimentier Lafarge © AFP / Eric PIERMONT

Les juges d'instruction n'avaient pas réussi à obtenir des précisions sur les conditions de départ de Bruno Lafont. Ils se sont donc renseignés directement sur ses comptes bancaires, pour constater que l'ancien PDG avait reçu, en 2015, de la société Lafarge, 8,775 millions d'euros. Ce montant inclut une indemnité de départ et une prime pour avoir mené à bien la fusion avec le Suisse Holcim. Les juges ont fait saisir une partie de la somme : 2,475 millions d'euros, sur un contrat d'assurance-vie.

Il s'agit d'une saisie conservatoire 

Le but est d'éviter la disparition des fonds, dans l'hypothèse où, plus tard, un tribunal prononcerait, outre une éventuelle peine de prison ou d'amende, une peine complémentaire de confiscation de biens. Une sanction possible pour le délit de financement du terrorisme. Les fonds sont affectés au fond de garantie des victimes (FGTI). 

En ajoutant les indemnités de départ de trois anciens cadres, ex-directeurs de zone ou de la filiale syrienne (Christian Herrault, Bruno Pescheux et Frédéric Jolibois), ces saisies s'élèvent au total à 3,7 millions d'euros. Le parquet de Paris avait appuyé la demande des juges. "C'est de la démagogie" dénonce au contraire un avocat de la défense. "Mon client a déjà versé une caution, là on lui prend ses congés payés et sa prime de fin de carrière, qui n'est pas une prime pour ce qu'il a fait en Syrie." Les quatre mis en examen concernés ont fait appel.

Aucune saisie n'a en revanche été ordonné pour Eric Olsen, qui fut le premier PDG du groupe LafargeHolcim avant d'être poussé à la démission à cause de cette affaire. Peut-être parce que les charges qui pèsent sur lui sont moins lourdes.

L'enquête ouverte après la plainte de l'association Sherpa et de Bercy, a établi qu'entre 2011 et 2015, le cimentier français aurait versé près de 13 millions d'euros à des groupes armés, dont le groupe État islamique, pour maintenir en activité son usine de Jalabiya, dans le nord de la Syrie, et peut-être écouler le stock de ciment après sa prise par les djihadistes, en septembre 2014.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.