La cour de Cassation avait annulé, en mars dernier, le licenciement d'une salariée voilée de la crèche privée Baby-Loup à Chanteloup-les-Vignes. L'affaire est à nouveau examinée jeudi par la cour d'appel de Paris. A rebours de l'analyse juridique de la Cour de cassation, le procureur général de Paris, qui, fait exceptionnel, sera présent à l'audience, va requérir la confirmation du licenciement de la salariée. Dans ses conclusions, le parquet général défendra l'idée que la liberté de religion est un principe fondamental, mais que le règlement intérieur de la crèche peut prévoir des restrictions, en fonction de la nature des tâches des salariés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.