alerte enlèvement - rifki 1
alerte enlèvement - rifki 1 © Radio France

Le petit garçon de quatre ans, prénommé Rifki, enlevé samedi à Rennes, a été retrouvé "sain et sauf" dans un TGV en gare de Libourne en Gironde. Son ravisseur présumé a été interpellé.

C'est une passagère du train qui a reconnu l'enfant grâce au signalement diffusé par les médias. Le TGV était alors en gare de Saint-Pierre des Corps. Elle a prévenu les gendarmes qui sont intervenus à l'arrêt suivant, en gare de Libourne.

Lorsque le TGV est arrivé en gare, on a bloqué les portes afin que personne ne puisse sortir du train, a raconté un porte-parole de la SNCF. L'individu a été interpellé dans ce train bondé, l'enfant était avec lui. Le ravisseur présumé n'aurait opposé aucune résistance, il a été placé en garde à vue.

"L'enfant est en en bonne santé apparente , il va être examiné par des médecins ", a dit le procureur de la République de Rennes.

Les précisions du procureur de la République de Rennes:

Devant le commissariat de police de Rennes, une quinzaine de personnes de la communauté comorienne, dont est originaire le petit garçon, ont manifesté leur joie après l'annonce du procureur.

Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a exprimé son soulagement:

Le plan "Alerte Enlèvement" est un dispositif efficace

Le dispositif a été importé des Etats-Unis en France en 2006. C'est la 16e fois qu'une telle procédure d'alerte massive et immédiate est déclenchée pour aider à la recherche d'un enfant présumé enlevé. Jusqu'ici 100% des alertes ont permis de retrouver les enfants enlevés.

L'enfant avait disparu dans l'après-midi de samedi

Rifkin était parti "acheter des boissons" avec un homme de 25 ans, un certain "Ahmed", que sa mère et son oncle ne connaissaient que depuis quelques jours. Après avoir tenté en vain, pendant plusieurs heures, de les retrouver par eux-mêmes, la famille avait déclaré sa disparition samedi soir au commissariat de Rennes.

La mère de Rifki, très éprouvée par cette histoire et accueillie dans un foyer pour femmes de Rennes, s'est refusée dimanche soir à s'exprimer devant la presse.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.