Le fondateur de l'association caritative, qui fait intervenir des clowns et des artistes auprès des enfants hospitalisés dans une trentaine de départements, est soupçonné d'avoir détourné les dons, à hauteur de 260.000 euros. Il a été placé en détention provisoire à la demande du parquet de Limoges.

Poupée déguisée en clown
Poupée déguisée en clown © Maxppp / Jean-François Dupuis

Les dons et subventions obtenus par l'association n'allaient pas forcément dans la poche des clowns et des artistes envoyés pour rendre le sourire aux enfants malades. Le président et fondateur de l'association est soupçonné d'en avoir récupéré une bonne partie, autour de 260.000 euros selon le parquet de Limoges. Un "abus de confiance aggravé", pour l'accusation, d'autant plus que les "nez rouges" font "appel au public en vue de la collecte de fonds à des fins d'entraide humanitaire ou sociale".

L'expert-comptable de l'association a lui-même expliqué, lors de son audition, que "le président ne lui avait remis aucun justificatif relatif à de nombreux retraits d'espèces". C'est la cellule anti-blanchiment du ministère des Finances qui, en octobre dernier, avait repéré "plusieurs opérations douteuses" sur le compte de l'association, lançant l'enquête à Limoges.

Une "part importante des recettes" disparue dans la nature

Parmi les indices du détournement, des retraits d'argent, mais aussi des mouvements de fonds depuis le compte de l'association vers son compte personnel, ou celui de proches. Le suspect n'a pour l'instant pas pu "justifier des sommes ayant fait l'objet de ces mouvements", selon le communiqué du parquet.

Trois autres procédures identiques ont en cours dans cette affaire, toutes gravitant autour du président de l'association, qui aurait détourné "une part importante des recettes" sur la période 2014-2018. De l'argent récolté lors de toutes sortes d'opérations : vide-greniers, marchés et Noël et évidemment dons de particuliers.

L'association, fondée à Limoges, agit dans les hôpitaux d'une trentaine de départements aujourd'hui.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.