Le procès a été reporté à cause du Covid-19. Soupçonnées d'avoir apporté, à des degrés divers, un soutien logistique aux auteurs des attaques perpétrées à Charlie Hebdo, Montrouge et au sein de l'Hypercacher, 14 personnes seront jugées pendant dix semaines par la cour d'assises spéciale de Paris.

Les attentats de janvier 2015 ont causé la mort de 17 personnes
Les attentats de janvier 2015 ont causé la mort de 17 personnes © AFP / Michael Bunel

C'est l'un des grands rendez-vous judiciaires de l'année, et sans doute le plus emblématique. Le procès des attentats commis en janvier 2015 à Charlie Hebdo, Montrouge et au sein de l'Hypercacher de la porte de Vincennes, se tiendra du 2 septembre au 10 novembre prochain à Paris. 

Initialement prévu du 4 mai au 10 juillet, il avait dû être reporté en raison de la pandémie de coronavirus : impossible de le maintenir dans des conditions sanitaires "suffisamment satisfaisantes", avait justifié le président de la cour d'assises. 

Le lieu, lui, ne change pas. Pour des raisons logistiques, les audiences se tiendront au sein du nouveau tribunal de grande instance de Paris, dans le quartier des Batignolles, et non pas au palais de justice, sur l'île de la Cité, où siègent habituellement les cours d'assises.

14 accusés seront jugés

Plus de cinq ans et demi après les attentats, c'est sans leurs principaux protagonistes que se déroulera le procès : Amedy Coulibaly, le tueur de Montrouge et de l'Hypercacher, et les frères Kouachi, auteurs de la tuerie à Charlie Hebdo, sont morts lors de l'assaut des forces de l'ordre, le 9 janvier, après avoir tué 17 personnes.

Soupçonnés d'avoir apporté, à des degrés divers, un soutien logistique aux djihadistes, quatorze accusés seront jugés par la cour d'assises spécialement composée (sans jurés populaires, uniquement des magistrats professionnels). Toutefois, seulement onze seront présents dans le box : les trois autres sont actuellement visés par des mandats d'arrêt, probablement morts en Syrie pour certains, en fuite pour d'autres. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.