Au 9e jour du procès Merah, la cour d'assises spéciale de Paris a notamment entendu aujourd'hui, le propriétaire du fameux T-Max volé avant les tueries de Mohamed Merah.

Abdelkader Merah a-t-il aidé son frère à voler un scooter T-Max en vue des tueries ? (Illustration)
Abdelkader Merah a-t-il aidé son frère à voler un scooter T-Max en vue des tueries ? (Illustration) © AFP / FRANCOIS GUILLOT

Le propriétaire du scooter, chemise bleue et cheveux blancs, s'avance à la barre et tient d'abord à dire "sa compassion, à l'égard des victimes et de leurs familles". Puis ce retraité sexagénaire se met à raconter le vol de son T-Max, le 6 mars 2012. 

Ce jour-là, il se rend en scooter dans le garage automobile qui répare la voiture de son épouse, tout près de la rocade de Toulouse. Il gare son deux-roues devant la porte. Entre à pied, ressort, et s'apprête à remettre son casque, et redémarrer son scooter, quand il s’aperçoit qu’il a oublié la facture à l'intérieur. Il redescend de son engin, en laissant les clés dessus et retourne vite voir le garagiste. Et "au moment où je voulais récupérer mon scooter, j’ai vu un individu qui a bondi dessus", raconte-t-il. 

Le voleur avait les cheveux très courts, a fait un virage à 180 degrés. Il avait une parfaite maîtrise de l’engin, assure son propriétaire, grand habitué des T-Max -il en était à son huitième, car c'était, dit-il, "le scooter le plus maniable et le plus rapide". Et il ajoute que le voleur lui semblait être "en planque". Il n'avait pourtant pas eu l'impression d'avoir été suivi. N'avait pas non plus remarqué de voiture faisant le guet, à proximité.

Abdelkader Merah est-il complice du vol ?

Une des questions principales que se pose la cour d’assises spéciale de Paris est de savoir si Abdelkader Merah est complice de ce vol du scooter qui a servi à perpétrer les assassinats. A-t-il aidé son petit frère à le commettre, en vue des tueries à venir ? Le grand frère de Mohamed Merah a toujours parlé d’un "vol intuitif" commis par son petit frère, qu’il jure d'ailleurs avoir réprimandé juste après. Mais juste après, il a aussi acheté avec lui, un blouson de moto.

Dans son box d’accusés, Abdelkader Merah s’énerve.

"J’ai reconnu ma présence sur le vol du scooter, je voulais être honnête avec la justice et ça m’a amené à être incarcéré 5 ans ! C’est pas un crime en soi non plus !" dit-il. "Je vous rassure, vous n’êtes pas dans le box pour un vol de scooter", ironise l’avocate générale. Abdelkader Merah sera longuement interrogé ce vendredi 13 octobre sur ce vol de scooter. Était-il prémédité ? Ou pas ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.