Le siège de Google perquitionné dans une enquête de fraude fiscale.
Le siège de Google perquitionné dans une enquête de fraude fiscale. © MaxPPP

Les services du fisc sont depuis ce mardi matin 5 heures au siège français de Google.

Une centaine de fonctionnaires des impôts ainsi que cinq magistrats du parquet national financier effectuent une perquisition dans les locaux du géant américain. Ces recherches s’effectuent dans le cadre d’une enquête pour fraude fiscale.

Google dont les bureaux parisiens sont installés dans le 9ème arrondissement de Paris est déjà menacé d'un redressement de 1,6 milliard d'euros par le fisc. Cette perquisition se déroule dans le cadre, d’une enquête pour fraude fiscale, ouverte par la justice.

1,6 milliard d'arriérés d'impôts

Les magistrats du PNF sont assistés pour cette opération, de policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), et de "25 experts en informatique", a expliqué le parquet.

Ces perquisitions interviennent dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 16 juin 2015 portant sur des faits de fraude fiscale aggravée et de blanchiment en bande organisée de fraude fiscale aggravée, à la suite d'une plainte de l'administration fiscale française", poursuit le communiqué.

De son côté, Google a répondu par le biais d’une porte-parole : "Nous respectons la législation française et coopérons pleinement avec les autorités pour répondre à leurs questions". Depuis plusieurs années le fisc français surveille de près ce groupe à qui Bercy réclame déjà 1,6 milliard d'arriérés d'impôts.

Google évoque "l'optimisation fiscale"

Google est accusé en Europe et aux Etats-Unis de vouloir échapper aux impôts en choisissant de s'installer dans des pays à la fiscalité plus favorable. Google se défend en parlant d'"optimisation fiscale". Ces multinationales sont aussi soupçonnées de cacher ou de minorer les revenus qu'ils perçoivent dans les pays et territoires à forte fiscalité. Par ailleurs, elles gonfleraient leurs dépenses pour réduire leur bénéfice imposable.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.