Dans l’affaire d’Outreau il y a eu les victimes, leurs agresseurs condamnés. Il y a eu les acquittés et ceux qu’on a surnommé les « innocents chanceux », également accusés à tort mais non poursuivis. Et puis il y a les « dommages collatéraux ». Monique Fouquerolle en est probablement l’un des plus tristes exemples.

Cette femme, forte, cheveux longs, paraissant quinze ans de moins que son âge, « profession : sans » comme elle l’annonce elle-même, entendue ce matin en visioconférence était la voisine des Delay. Même immeuble, appartement quatre étages plus bas. Monique Fouquerolle était la gentille voisine, en somme. C’est d’ailleurs tout ce qu’elle dit spontanément de cette affaire qui l’a pourtant profondément marquée :

« Je connaissais Myriam Badaoui parce qu’on habitait dans le même bâtiment et quand elle avait des soucis, qu’elle n’avait plus de couches pour ses enfants, elle venait chez moi en chercher. »

  • Le président : « vous ne voyez rien d’autre à nous dire madame ?

  • Ben non

Alors il lui demande de nommer ses enfants :

« J’ai eu Yohan et Bruno avec Monsieur Agez. Après j’ai eu Logan avec François Mourmant

Puis, Giovanni et Gaëtan avec Monsieur Dausque et Salomé »

Des enfants qui vont être placés, comme beaucoup d’autres dans cette affaire.

Des enfants qui verront leur père, pour certains d’entre eux, accusés et incarcérés. François Mourmant va mourir en détention, Thierry Dausque sera acquitté à l'issue du deuxième procès à Paris.

Mais Monique Fouquerolle ne reverra pas ses enfants pour autant. Ce n’est qu’une fois majeurs qu’ils réintègreront le domicile de leur mère. Sauf Logan : « je l’ai récupéré vers 16 ou 17 ans parce que ça se passait pas bien en famille d’accueil ».

Aujourd’hui, la marraine de Jonathan – Myriam « savait pas qui mettre comme marraine alors elle m’a demandé » - a quitté Outreau. Pas sûr qu’elle ait réussi à tourné la page pour autant.

« Je me sens mal. Je voudrais reconstruire ma vie. Parce qu’on m’a privé quand même de mes enfants » lâche-t-elle, des larmes dans la voix.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.