Retour à Lille ce mardi pour Dominique Strauss-Kahn, qui va devoir commencer à s’expliquer sur les faits de proxénétisme aggravés qui lui sont reprochés.

► ► ► DIRECT | Suivez le procès minute par minute sur notre site

Le tribunal correctionnel a prévu trois jours pour examiner les soirées de « récréation » sexuelles planifiées avec ses amis lillois, trois hommes attirés chacun à leur manière par celui que les sondages donnaient un moment comme favori pour la présidentielle.

Fabrice Paszkowski est un entrepreneur à succès, petit patron d’une société de matériel médical, et militant socialiste. En 2006, DSK vient soutenir Jacques Mellick en campagne à Béthune. Paszkowski vient le chercher à la gare et ne le lâche plus. Pour se rapprocher, il va lui organiser des soirées soi disant « libertines », à Paris, Bruxelles, Lille puis Washington, quand Dominique Strauss-Kahn est nommé au FMI. D’où leurs nombreux échanges de SMS où ils parlent de « copines » ou de « matériel » à emmener dans leurs « bagages ».

Pour partager les frais, Paszkowski s’adjoint David Roquet, un cadre du groupe Eiffage. Pour lui, DSK est « un investissement à long terme ». Mais les libertines ne courent pas les rues visiblement : Roquet se charge de recruter des prostituées, sans jamais le dire pour ne pas vexer le grand homme explique son avocat Stéphane Squillaci :

Il veut lui faire plaisir, c’est ça tout le problème de ce dossier ! Il amène des filles et, pour ne pas le décevoir, il les présente soit comme une secrétaire d’Eiffage, soit comme une petite amie. Jamais il ne va dire qu’il s’agit d’une prostituée, jamais ! Dans l’esprit de David Roquet je crois que cela aurait été comme un crime de lèse-majesté.__

Ce point est crucial pour les juges d’instruction, qui ont estimé que « le roi de la fête » connaissait la condition des participantes, premier étage de la démonstration qui permet de le poursuivre pour proxénétisme. Au contraire du procureur de Lille, Frédéric Fèvre, présent au procès, qui avait requis un non lieu pour DSK au motif, notamment, que tout était organisé pour lui faire croire au mythe des libertines.

Me Emmanuel Daoud, avocat du Mouvement du Nid, association de lutte contre la prostitution partie civile, attend donc les explications du prévenu sur ce point :

Nous verrons s’il est vraisemblable, crédible, que l’ancien directeur général du FMI, que l’ancien professeur agrégé, que l’ancien ministre de l’économie et des finances, que le grand expert international qu’il est avait à ce point peu de lucidité et de clairvoyance pour penser que l’ensemble de ces femmes venait simplement pour son pouvoir de séduction.

__ Le troisième compagnon de récréation (selon le mot de David Roquet) est Jean-Christophe Lagarde, commissaire divisionnaire, ancien chef de la Sûreté départementale du Nord. Certaines prostituées racontent qu'il jouait le garde du corps. Lui se voyait déjà grimper dans la hiérarchie en cas de victoire de leur poulain à la présidentielle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.