Elles s’étalent de 2008 à 2012. Des auditions par les enquêteurs, le juge des tutelles, le juge d’instruction Jean-Michel Gentil. Autant de conversations retranscrites dans la procédure. Et qui témoignent de l’évolution de l’état de Liliane Bettencourt. Edifiant.

En 2008, la milliardaire est tout d’abord entendue à son domicile, par les policiers chargés de l’enquête sur la plainte de sa fille contre François-Marie Banier. « Je pense que cela relève de la jalousie, ma fille a attendu que mon père soit mort afin de me déséquilibrer et m’attaquer par le biais de cette plainte », déplore alors Liliane Bettencourt.

Nouvelle audition en juin 2010. « L’île d’Arros ? Je pense qu’elle m’appartient » déclare la milliardaire qui l’a portant léguée, via une fondation, à François-Marie Banier et trois associations.

En février 2011, il est alors question de son placement sous tutelle.

Le juge des tutelles interroge Liliane Bettencourt : « vous souvenez-vous avoir signé des accords avec votre fille ?

  • Je ne dors pas avec …

  • Que pouvez-vous dire du patrimoine de L’Oréal ?

  • On vend, on achète, on s’enrichit et on en achète d’autres.

  • Le docteur De Jaeger mentionne des troubles de la mémoire, depuis quand ?

  • Ne me demandez pas les détails, je m’en fous. Ca va aller en s’aggravant. Je veux bien connaître ma date de naissance, mais pas mon âge. Je vis, c’est tout.

Puis, lors d’une nouvelle audition devant le juge des tutelles, Liliane Bettencourt assène : « ma fille me fait peur. Je me trouve avec quelqu’un de totalement différent. Elle est ailleurs. Elle est totalement braquée. Nous sommes souvent en désaccord sur tout. »

  • Pensez vous que votre fille est folle ?

  • Non, elle est très pratique.

  • Votre fille m’a dit sa tristesse, elle voudrait renouer une relation avec vous.

  • C’est peut-être moi qui ne le voudrais pas.

En 2012, c’est le juge d’instruction Jean-Michel Gentil qui rencontre la vieille dame. L’interrogeant sur son dernier séjour, elle lui rétorquera : «vous êtes bien curieux, dis donc… »

► ► ► DOSSIER |Suivez l'audience en direct, comprenez les enjeux du procès

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.