Roman Polanski assistera à l'audience
Roman Polanski assistera à l'audience © Reuters

Le réalisateur franco-polonais est actuellement en Pologne, et Washington demande au pays de l'arrêter et de l'extrader. Roman Polanski est toujours poursuivi outre-Atlantique pour une affaire de viol remontant à 1977.

Il était alors accusé d'avoir eu des rapports sexuels illégaux avec la jeune Samantha Geimer, alors âgée de 13 ans. Après 42 jours de prison, puis une libération sous caution, Roman Polanski avait plaidé coupable avant de fuir les États-Unis avant le prononcé du verdict.

Depuis, l'Amérique veut à tout prix mettre la main sur le cinéaste. En 2009, il avait été arrêté à Zurich où il devait recevoir un prix. Mais la Suisse ne l'avait finalement pas extradé comme le réclamaient les États-Unis.

Cette fois, il a été entendu par un procureur de Cracovie sur demande de Washington puis remis en liberté, en attendant une demande d'extradition formelle. Mais cette demande, si elle arrive, aura peu de chances d'aboutir. Les faits reprochés à Roman Polanski sont en effet prescrits au regard de la loi polonaise. Une prescription qui pourrait être contrée par un accord de coopération entre les deux pays.

Polanski cite Dreyfus

En attendant, le réalisateur se prête de bonne grâce aux demandes de la justice polonaise, assure Mateusz Martyniuk, porte-parole du parquet général.

Roman Polanski s'est engagé à se présenter à chaque demande du parquet et du tribunal et a indiqué son adresse. C'est pour cette raison que le procureur a décidé qu'il n'était pas nécessaire de demander au tribunal de recourir au moyen de détention provisoire en attendant une éventuelle demande d'extradiction.

Roman Polanski, citoyen polonais et français, était à Varsovie pour assister mardi dernier à l'inauguration du Musée d'Histoire des Juifs de Pologne. Il a en effet vécu dans son enfance au coeur du ghetto de Cracovie.

Convaincu d'être victime d'un acharnement judiciaire de la part des États-Unis, il prépare actuellement un film sur l'affaire Dreyfus.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.