Les évêques de France prient ce lundi contre la pédophilie. Une journée qui intervient un an après la révélation de l'affaire Barbarin. Un dossier tentaculaire. Retour en dates.

L'archevêque de Lyon Philippe Barbarin
L'archevêque de Lyon Philippe Barbarin © Maxppp / Jean Nicholas Guillo

C’est une des réponses de l'Eglise aux scandales de pédophilie. La Conférence des évêques de France (CEF) organise ce lundi 7 novembre une "journée de prière et de pénitence" pour les victimes d'abus sexuels. Les quelque 120 évêques français, invités à jeûner, seront réunis à Lourdes pour leur traditionnelle assemblée plénière d'automne. Ailleurs en France, diocèses et paroisses pourront s'associer à cet événement.

Cette idée d’une journée mondiale de prière pour les victimes d’abus sexuels de la part de membres du clergé avait été annoncée le 12 septembre par le Vatican, à l’initiative du pape François. Sa déclinaison en France prend une dimension particulière, alors que l’Église est touchée depuis plusieurs mois par des révélations d’affaires de pédophilie ou d’abus sexuels impliquant des prêtres. L’affaire la plus emblématique est celle du cardinal Barbarin, qui était visé par une enquête, depuis classée sans suite, pour non dénonciation d’agressions sexuelles sur des mineurs. Un scandale qui a éclaboussé l'Eglise et ses dirigeants.

Chronologie de l'affaire Barbarin

  • 17 juillet 2014. Alexandre Dussot, ex-scout, dénonce des attouchements datant des années 1980 et demande au diocèse de Lyon d’écarter le père Bernard Preynat.
  • 30 août 2015. Le père Preynat est relevé de ses fonctions par l'archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin.
  • 23 octobre 2015. Révélation de l’affaire Preynat : le diocèse de Lyon publie un court communiqué de presse.
  • 17 décembre 2015. Création de La Parole Libérée, une association créée par deux anciens scouts, victimes du père Preynat.
  • 27 janvier 2016. Bernard Preynat est mis en examen pour agressions sexuelles et viols sur mineurs de moins de 15 ans. Il est soupçonné d’avoir abusé de jeunes scouts entre 1986 et 1991. Seuls les faits concernant quatre victimes ne sont pas prescrits.
  • 11 février 2016. Le cardinal Barbarin s’exprime pour la première fois au journal La Croix. Il reconnaît être au courant des agissements pédophiles de père Preynat depuis 2007-2008 alors que le diocèse de Lyon affirmait qu’il ne savait que depuis 2014.
  • 4 mars 2016 : Une victime du père Preynat, le président de l’association La Parole Libérée, porte plainte contre le cardinal Barbarin pour non-dénonciation d'agressions sexuelles. Trois autres suivent.
  • 6 mars 2016. Une pétition demandant la démission du cardinal Barbarin est lancée sur internet.
  • 14 mars 2016. Une cinquième plainte est déposée pour non-dénonciation contre le cardinal Barbarin, concernant une autre affaire impliquant le père Jérôme Billioud, un prêtre du diocèse de Lyon.
  • 16 mars 2016. Une troisième affaire est révélée. Le cardinal Barbarin aurait promu un prêtre condamné pour agressions sexuelles sur des étudiants dans l’Aveyron en 2007.
  • 30 mars 2016. Perquisition de l'archevêché de Lyon dans le cadre de l’enquête préliminaire qui vise le cardinal Barbarin pour non-dénonciation d’atteintes sexuelles sur mineurs de 15 ans.
  • 1er août 2016. L’enquête qui visait le cardinal Barbarin pour non-dénonciation d’actes pédophiles est classée sans suite.
  • 7 septembre 2016. Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef adjointe de la Croix et ancienne scoute du père Preynat publie Histoire d’un silence. Un ouvrage dans lequel elle affirme avoir alerté le cardinal Barbarin des rumeurs de pédophilie qui couraient sur Bernard Preynat dès 2005.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.