On a beaucoup parlé, depuis plusieurs semaines, des interpellations en flagrant délit avec des centaines de gardes à vue, puis de la cascade de comparutions immédiates en marge des manifestations de "gilets jaunes" à travers tout le pays. Plusieurs dizaines d'autres enquêtes judiciaires sont toujours en cours.

Certains "gilets jaunes" adeptes de la violence et du pillage ont cru pouvoir échapper à la justice
Certains "gilets jaunes" adeptes de la violence et du pillage ont cru pouvoir échapper à la justice © AFP / Abdulmonam EASSA

Certains adeptes de la violence et du pillage, qui ont participé aux manifestations des "gilets jaunes" ces dernières semaines et qui pensaient être tirés d'affaire, ont déjà été rattrapés par les patrouilles de police et de gendarmerie... Et d'autres sont à deux doigts de l'être. Retour sur les affaires déjà résolues.

Des témoins pour identifier les incendiaires du Puy en Velay

L'une des premières enquêtes de police, bouclée en quelques jours, a été celle de l'incendie criminel de la préfecture du Puy en Velay. Une enquête résolue sur la base de témoignages, dans une petite ville où les auteurs présumés étaient connus.

Mais il y a bien d'autres enquêtes plus compliquées, avec des agressions de policiers ou de gendarmes, sous l'Arc de triomphe à Paris, des pilleurs de boutiques, d'enseignes de luxe, ou encore les dégradations de vitrines de banques. Certains suspects ont été retrouvés à partir de vidéos et d'empreintes, de l'exploitation des réseaux sociaux et du travail des services de renseignement intérieur. 

Il revendait sur internet les sacs à main de luxe volés la veille

La police judiciaire parisienne travaille sur quinze dossiers pour les actes II et III des gilets jaunes, dossiers considérés comme les plus violents, alors que les auteurs n'ont pu être arrêtés en flagrant délit.

C’est le cas pour une enquête sur le vol d'un fusil d'assaut d'un équipage de la police. Un délinquant multirécidiviste sans domicile fixe a été interpellé alors qu’il avait encore sur lui l'une des munitions du HK 36. A priori, l'homme aurait bien participé au pillage de la voiture des policiers mais n’aurait pas pris avec lui l'arme automatique lourde, qui reste pour le moment introuvable.

Un autre délinquant, au casier judiciaire assez chargé, s'est fait coincer parce qu'il revendait des sacs Givenchy volés le 24 novembre 2018 boulevard Georges V à Paris, sur le célèbre site de vente en ligne d'occasion, LeBonCoin. À son domicile, lors de la perquisition, les enquêteurs ont retrouvé des objets volés lors de la manifestation des "gilets jaunes" du 1er décembre. Cette fois, il s’agissait de lunettes dérobées dans un magasin de la marque Optique 2000.

Une centaine d'empreintes différentes relevées sous l'Arc de triomphe

Parmi les 14 pilleurs présumés de la boutique de l'Arc de triomphe et tagueurs du même lieu interpellés à ce jour, un a particulièrement retenu l'attention des enquêteurs. Ils ont d'abord reconstitué sa fuite dans Paris, à partir des caméras de vidéo protection, retraçant ses trajets et moyens de locomotion, jusqu’à interpellation dans le Doubs, le 7 décembre, à la veille de l’ Acte IV. Le suspect s'apprêtait à "remonter sur la capitale".

Âgé de 30 ans, il était installé dans un corps de ferme, raconte un témoin de la scène, avec ses fusils de chasse et son fusil à pompe. Et sur les étagères de la bibliothèque, quelques lectures de l'ultra droite et de la mouvance néo nazi. Ses empreintes ont été retrouvées sous l'Arc de triomphe, comme une centaine d'autres prélevées par les agents de la PTS, la Police Technique et Scientifique.

Antifa et Gud dans le même groupe de discussion

C'est l'une des histoires qui a fait le tour du "36 bastion" aux Batignolles, le nouveau siège de la PJ parisienne. Un suspect a été arrêté pour des dégradations en série dans la capitale, après la découverte de son groupe de discussion sur le téléphone portable d’un complice avec des messages qualifiés d’ "édifiants" envoyés avant et pendant l'acte II des "gilets jaunes". Ces échanges ont permis d'interpeller trois "complices" qui a priori ne se connaissaient pas puisque, précise une enquêtrice, parmi ce groupe, on trouvait "un proche du Gud, le groupuscule d'extrême droite et un antifa notoire d'extrême gauche, connu des services de renseignement intérieur". Par contre, "ils se sont bien entendus pour déterminer les cibles à frapper et les lieux". La convergence des opportunités s’est faite grâce aux messageries cryptées sur Internet.

Les carnets de suspects anonymes qui font mouche à Avignon 

Parmi les suspects casseurs rattrapés par les patrouilles, on retrouve cette enquête étonnante de la Sûreté à Avignon, déclenchée après la manifestation du premier décembre, inédite, qui a sidéré par sa violence comparable à celle vue en direct sur les télés à l’Arc de triomphe. Les policiers ont récupéré toutes les vidéos disponibles et ils ont repéré une dizaine de gilets jaunes casseurs.

Mais comme ils ne les connaissaient pas, ils ont imprimé leurs visages en version photo d’identité, avec pour chacune une lettre de l’alphabet correspondante. Puis ils ont confectionné à l’ancienne des petits carnets, remis à tous les chefs de groupes, y compris les CRS, le samedi suivant. Et cela a permis d’interpeller plusieurs meneurs avant le début de la manifestation et de "calmer pas mal de monde" raconte l’un des chefs de l’opération.

Des affaires encore non élucidées, mais avec de nombreux indices 

Si de grandes enseignes ont été pillées les 24 novembre et 1er décembre à Paris, le "casse" le plus spectaculaire a eu lieu chez Dior. Plus d’1,5 millions d'euros de dégradations et de vols. Et pour l’instant, les braqueurs, qui s’étaient habillés en jaune, courent toujours. Mais "l’exploitation vidéo" est en cours, raconte un officier qui suit le dossier.

La brigade criminelle a été saisie pour les actions les plus violentes, mais pour l’instant non résolues contre les forces de l’ordre. "On ne lâchera jamais", disent les enquêteurs. Il s’agit de deux agressions, avec pour victimes "un flic et un gendarme ". "On a vu le collègue gardien de la paix de la préfecture de police littéralement lynché, avec son nez et sa mâchoire fracturés, son fémur amoché". Un gendarme mobile, visé sur la place de l’Étoile, a d’abord reçu des barrières de sécurité, puis un tir d’une bombe agricole bourrée de clous et de boulons, qui ont transpercé les protections et provoqué des brûlures.

Les gendarmes évoquent quant à eux l’attaque et l’incendie de la Gendarmerie d’Autoroute de Narbonne, avec du personnel qui a pu s’échapper de peu par l’arrière du bâtiment, juste avant la mise à feu. Les enquêteurs ne veulent rien dire des indices et des vidéos enregistrées de ce 1er décembre. Reste que l’un des principaux chefs d’enquête est persuadé que les auteurs des faits les plus graves finiront par être rattrapés par la patrouille dans les semaines qui viennent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.