Le Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve
Le Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve © Reuters

On attendait cette décision depuis plusieurs jours. Le Ministre de l’Intérieur a annoncé jeudi soir l'interdiction de l'utilisation par la gendarmerie des grenades offensive.

Bernard Cazeneuve a déclaré lors d'une conférence de presse avoir tiré cette conclusion après la remise mercredi du rapport des inspections générales de la police et de la gendarmerie sur les circonstances qui ont entraîné le décès de Rémi Fraisse :

Parce que cette munition a tué un jeune garçon de 21 ans et que cela ne doit plus jamais se produire, j'ai décidé d'interdire l'utilisation de ces grenades dans les opérations de maintien de l'ordre.

Bernard Cazeneuve avait déjà annoncé la suspension de ces grenades après le drame.

Le ministre de l'Intérieur a également durci les conditions d'utilisatio des grenades lacrymogènes à effet de souffle utilisées tant par la police que par la gendarmerie.

Rien de changé par contre concernant l'utilisation de grenades lacrymogènes et de désencerclement. pour le ministre, la doctrine française de maintien de l'ordre qui consistait à maintenir les manifestants à distance avait fait ses preuves.

Par contre, les sommations faites par les forces de l'ordre seront revues et complétées par une "information visuelle" et les opérations de maintien de l'ordre à risque seront dorénavant filmées et les forces de l'ordre seront assistées par une autorité civile spécialement déléguée par le préfet.

Un autre rapport de l'inspection générale de la gendarmerie sur le maintien de l'ordre sera remis en décembre, a expliqué le ministre de l'Intérieur en rappelant qu'une enquête judiciaire était en cours sur la mort de Rémi Fraisse.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.