Selon les chiffres de l'administration pénitentiaire, la population carcérale est passée au mois de juillet à 70 710 personnes. C'est un peu plus de 118 % de la capacité d'hébergement actuelle en France.

Vue sur une cour de promenade de Fleury-Mérogis.
Vue sur une cour de promenade de Fleury-Mérogis. © Radio France / Sophie Parmentier

Il n'y a jamais eu autant de monde dans les prisons françaises : la population carcérale avait déjà passé la barre symbolique des 70 000 détenus en mai dernier, et cette fois elle vient d'arriver à un nouveau record avec 70 710 personnes incarcérées. Or la capacité d'accueil, elle, n'a pas autant augmenté. La France compte aujourd'hui un peu moins de 60 000 places en prison.

Mais le problème de surpopulation en prison vient sans doute moins du manque de places (or la construction de nouvelles prisons est régulièrement invoquée comme solution à ce problème) que de l'utilisation massive de la détention... Y compris pour des personnes n'ayant même pas encore été jugées.

Ainsi, parmi les 70 710 détenus du mois de juillet 2018, ils sont 21 007 à être simplement "prévenus", donc en détention provisoire en attendant un jugement. Autrement dit, selon les chiffres officiels, près d'un détenu sur trois est en prison sans avoir été définitivement condamné.

La surpopulation carcérale est un problème récurrent que les différents gouvernements successifs peinent à endiguer. La réforme de la justice présentée en avril dernier doit proscrire les détentions courtes, et prévoit l'ouverture de 7 000 nouvelles places d'ici 2022.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.