Mohamed Abrini, arrêté et inculpé en Belgique pour "assassinats terroristes", a avoué être le troisième homme des attentats du 22 mars à l'aéroport de Bruxelles.

La police belge a arrêté Mohamed Abrini dans la rue lors d'un raid éclair.
La police belge a arrêté Mohamed Abrini dans la rue lors d'un raid éclair. © Reuters / Yves Herman

Ces deux derniers jours riches en rebondissements, ont abouti pour le parquet belge aux aveux de Mohamed Abrini qui aurait confié être "l'homme au chapeau", à savoir le troisième suspect des attentats à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem. La cible initiale était Paris.

L'aveu de Mohamed Abrini permet de faire clairement le lien entre les attaques françaises et belges. Mohamed Abrini est soupçonné d'être le logisticien des attaques de Paris du 13 novembre.

Abrini confronté aux résultats de diverses expertises

Il a été confronté aux résultats de diverses expertises et a reconnu sa présence lors des faits.

Mohamed Abrini s’est enfui avant que ses deux complices ne lancent la double attaque-suicide. Le parquet a précisé par ailleurs qu'il avait jeté sa veste dans une poubelle et revendu son chapeau.

Le Belgo-Marocain de 31 ans a été interpellé vendredi après-midi en pleine rue, dans la commune bruxelloise d'Anderlecht et inculpé ainsi que deux autres personnes arrêtées également vendredi à Bruxelles pour "assassinats terroristes" et "participation aux activités d'un groupe terroriste" dans les dossiers de parisien et belge.

Les commandos du 22 mars voulaient frapper Paris

Selon une information du quotidien belge L'Echo, confirmée par le Parquet, Mohamed Abrini aurait avoué au juge que les commandos du 22 mars voulaient en fait retourner frapper Paris.

Mais après l’arrestation de son meilleur ami Salah Abdeslam et les avancées rapides de l’enquête, ils auraient été pris de court et auraient décidé précipitamment de commettre les attentats de Bruxelles causant la mort de 32 personnes. Mohamed Abrini était également l'un des principaux suspects recherchés après les tueries du 13 novembre qui ont fait 130 morts.

Le vaste réseau des auteurs des attentats de Paris et Bruxelles.
Le vaste réseau des auteurs des attentats de Paris et Bruxelles. © Visactu

Mohamed Abrini ami d'enfance des frères Brahim et Salah Abdeslam

Des traces de son passage avaient été localisées dans deux logements de Schaerbeek, une autre commune de Bruxelles. Dans l’un de ces logements, il y avait aussi des traces de Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris.

L’autre planque, rue Max Roos, était le point de départ du commando de l'aéroport de Bruxelles. Mohamed Abrini ami d'enfance des frères Brahim et Salah Abdeslam à Molenbeek a été filmé en compagnie de ce dernier dans une station-service de l'Oise au nord de Paris dans la voiture qui servira à convoyer les kamikazes au Stade de France le 13 novembre. Abrini est aussi soupçonné de s'être rendu en Syrie en 2015 pour un bref séjour où l'un de ses frères, Soulaimane est mort à 20 ans.

Osama Krayem, l'homme du métro

L’autre principal inculpé est Osama Krayem dont l'identité complète n'est pas confirmée par le parquet. Cette arrestation lève partiellement le mystère du dénommé Naïm Al Hayed. Ce nom avait été emprunté lors de son enregistrement sur l'île grecque de Leros dans un flot de réfugiés.

Les empreintes de Osama Krayem ont aussi été retrouvées dans le logement de la rue Max Roos. D’après la police belge, il serait celui que l’on voit dans le métro, sur des caméras de surveillance s'adresser brièvement au kamikaze Khalid El Bakroui.

Osama Krayem, Suédois, fils d'exilés syriens, et le dénommé Amine Choukri, ont sans doute été récupérés par Salah Abdeslam à Ulm en Allemagne, le 3 octobre 2015 quand ils sont, très probablement, rentrés de Syrie.

Hervé B. M., un Rwandais de 25 ans, a été arrêté en même temps qu'Osama K., et Bilal E. M., 27 ans, a lui aussi été arrêté dans la commune de Laeken vendredi. Pour le moment, on ne connait la nature de son implication dans les attentats.

Sur le même sujet :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.