Les trois hommes ont atterri à Marseille, au lieu d'Orly
Les trois hommes ont atterri à Marseille, au lieu d'Orly © Maxppp

Les trois djihadistes présumés, dont l'arrivée en France en provenance de Turquie a fait l'objet mardi d'un énorme cafouillage, se sont finalement rendus à la gendarmerie d'un village de l'Hérault. Bernard Cazeneuve a demandé une enquête administrative.

Les trois hommes, dont le beau-frère de Mohamed Merah, qui avait tué sept personnes à Toulouse et Montauban avant d'être abattu par la police, avaient atterri la veille à Marseille sans être interpellés par les forces de l'ordre. Ils ont loué une voiture à l'aéroport de Marseille pour se rendre mercredi à la gendarmerie de Caylar (Hérault), un village de 446 âmes, où ils ont trouvé porte close et ont appuyé sur l'interphone pour signifier leur volonté de s'expliquer.

Apollinaire Legros-Gimbert, avocat d'un des trois hommes soupçonnés d'avoir mené le djihad en Syrie :

Ils étaient étonnés de ne pas avoir été interrogés hier.

Les trois avocats vont se rendre sur place pour assister leurs clients qui, selon eux, veulent s'expliquer. Leur arrivée en France a été entourée d'une série de ratés. Le ministre français de la Défense a accusé mercredi les autorités turques d'être à l'origine du "gros cafouillage" provoqué la veille par leur interpellation ratée.

Les services de sécurité n'ont pas été prévenus à temps

En plus de cet imbroglio entre Paris et Ankara, Jean-Yves Le Drian a confirmé que le système de contrôle des passeports était en panne au moment de l'arrivée des trois hommes à Marseille. La confusion la plus totale a régné mardi sur leur sort avant que le ministère de l'Intérieur, qui avait d'abord annoncé leur arrestation à Orly, confirme qu'il ne les avait pas interpellés, les présumés djihadistes ayant pris un autre vol.

►►► ALLER PLUS LOIN | Renforcement en vue de l'arsenal anti-djihadistes

Ce pataquès s'explique par le fait que les services de sécurité français n'ont pas été prévenus à temps par les autorités turques d'un changement de destination. Les trois hommes appréhendés en Turquie devaient arriver à Paris mais ont finalement été embarqués dans un appareil pour Marseille.

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense :

C'est une mauvaise articulation mais l'initiative des autorités turques de changer d'avion a été malencontreuse. Ce cafouillage montre qu'il faut renforcer les relations, les méthodes et les actions avec les autorités turques et je suis convaincu que (le ministre de l'Intérieur) Bernard Cazeneuve (...) va prendre les initiatives nécessaires et que les autorités turques seront collaboratives.

Une enquête administrative en cours

À leur arrivée à Marseille, les trois hommes soupçonnés d'avoir participé au djihad en Syrie ont passé les contrôles sans encombre et se sont étonnés de repartir libres de l'aéroport, selon leurs avocats. Interrogé sur le fait que le système de contrôle des passeports ne fonctionnait pas au moment de leur arrivée, le ministre a répondu : "Il y a eu une panne à Marseille, cela je le sais, il y a parfois des pannes a Marseille."

De son côté, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a demandé une enquête administrative, et a annoncé qu'il se rendrait prochainement en Turquie :

Ce dysfonctionnement entre les services turcs et les services français mérite qu'une concertation approfondie s'engage entre les autorités françaises et turques, de manière à ce que d'autres événements de ce type ne se produisent pas.

Les djihadistes français en Syrie et en Irak
Les djihadistes français en Syrie et en Irak © Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.