Garde statique face au Sacré coeur
Garde statique face au Sacré coeur © Daniel Ochoa de Olza/AP/SIPA

Un peu plus d'un mois après les attentats de Paris et avec un pays toujours en état d'urgence, Bernard Cazeneuve appelle à "une vigilance toute particulière" lors des célébrations de Noël qui "pourraient constituer des cibles d'une exceptionnelle force symbolique"

La menace terroriste "elle est là, elle est particulièrement importante", a déclaré mercredi Manuel Valls. Bernard Cazeneuve a assuré mardi que tout était fait "pour que la sécurité soit garantie" durant les fêtes de fin d'année. Il a aura donc des gardes statiques et des "patrouilles dynamiques", mais Bernard Cazeneuve prévient qu'il est impossible de mettre des policiers devant les 45.000 églises catholiques, les 4.000 temples protestants et le 150 édifices orthodoxes de France. Il seront tout de même "plus de 48.000 policiers des renseignements territoriaux, de la sécurité publique et de la police aux frontières déployés sur le territoire, ainsi que vingt compagnies de CRS, a expliqué la direction générale de la police nationale à BFMTV.com.

Les représentants des cultes prendront eux mêmes un certain nombre de mesures de précaution

Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole des évêques de France, a précisé qu'environ 140 lieux de culte catholique feraient l'objet d'une surveillance particulière en raison de leur notoriété et de l'affluence attendue. Dans certains lieux il est prévu que des personnes observent ceux qui entrent et demandent parfois d'ouvrir manteau et sac.

A Toulouse, par exemple, les églises s'adaptent comme l'a constaté Stéphane Iglésis.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.