ballons de football
ballons de football © Reuters

Jean-François Fortin, président du club de football de Caen, est mis en examen dans une affaire de matches présumés truqués. Plus tôt dans la journée, Michel Moulin, ancien dirigeant du PSG et du Mans FC, était mis en examen pour "corruption passive".

L'avocat de Jean-François Fortin n'a pas voulu préciser quels étaient les chefs d'accusation exacts à l'encontre de son client. Michel Moulin, ancien dirigeant du PSG et du Mans FC, lui est mis en examen pour "corruption passive". Cinq autres personnes vont être présentées aux juges d'ici la fin de la journée.

Dans cette affaire, les enquêteurs s’appuient avant tout sur des écoutes téléphoniques. Elles avaient été réalisées dans le cadre d’une tout autre enquête, sur un cercle de jeu clandestin à Paris, le cercle Cadet. Hier, neuf personnes ont été interpellées dont Jean-Marc Conrad, président de Nîmes, et Jean-François Fortin, celui de Caen. Ils sont soupçonnés de"corruption active et passive dans le cadre de manifestations sportives" .

A Nîmes, les supporters vivent très mal les derniers événements. Reportage d'Hervé Salafranque.

Des aveux ?

Lors de sa garde-à-vue, Serge Kasparian, l’actionnaire principal du Nîmes Olympique, a confirmé la teneur des propos enregistrés. Ils concernent des matches de Nîmes face à Caen (match décalé de la 28e journée), Bastia (32e journée) et Dijon (34e journée). D’après les retranscriptions publiées par Le Canard enchaîné , les présidents de Nîmes et Caen se sont téléphoné le jour de la rencontre, le 13 mai.Question de Fortin: "Toi c'est un point aussi [qu'il te faut?]" Réponse de Conrad: "Ouais, il nous faut un point, voilà." Et Fortin de poursuivre: "Ben, si on n'est pas trop cons, hein?"

L’hebdomadaire ajoute qu’après le match, le président de Nîmes a "fait déposer à la porte du vestiaire 24 cartons de 12 bouteilles de vin" .

Les précisions des Jérôme Cadet

Démentis et menaces de sanction

Le CA Bastia dément avoir été approché et avoir participé à une quelconque tricherie. Le club corse admet seulement avoir organisé un « dîner d’usage » entre adversaires. Quant à l'entraîneur de Dijon, Olivier Dall'Oglio, il affirme lui aussi n'avoir "jamais été approché par qui que ce soit pour arranger" une rencontre. Aucune charge n’a été retenue contre lui à l’issue de sa garde à vue.

La Fédération française de football (FFF) et la Ligue professionnelle de football (LFP) se sont toutes les deux portées parties civiles dans cette affaire. Hier, leurs représentants ont affirmé vouloir agir "avec fermeté" si les faits étaient avérés. Les sanctions pourraient aller jusqu’à l’exclusion des championnats.

Une affaire qui en rappelle d'autres

Evidemment, en France, l'affaire en cours rappelle le dossier "VA - OM" en 1993. A l'époque, les Marseillais avaient remportés le match 1-0 à Valenciennes mais en veillant à se préserver, six jours avant la finale victorieuse de la Ligue des champions à Munich.

En Italie, les soupçons ont pris une autre ampleur. C'est toute une partie du Calcio qui est soupçonné d'être gangréné par les truquages. Les scandales sont récurrents.

Le reportage à Rome, de Mathilde Auvillain

Soupçons de corruption en Ligue 2
Soupçons de corruption en Ligue 2 © Radio France

.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.