Christophe Dettinger s'est rendu de lui-même ce lundi à la sûreté parisienne avec son avocat. Il a été placé en garde à vue. Il est soupçonné d'avoir frappé deux gendarmes samedi, sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, pendant une manfestation des "gilets jaunes".

Les images ont fait le tour des réseaux sociaux
Les images ont fait le tour des réseaux sociaux © capture d'écran

C'était une des images fortes de l'acte VIII des "gilets jaunes" samedi : cet ancien boxeur professionnel a attaqué les forces de l'ordre lors d'affrontements sur la passerelle qui relie les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries. 

Sur des images largement diffusées sur les réseaux sociaux, on le voit d'abord donner des coups de poings à un gendarme qui se protège derrière son bouclier, puis s'en prendre à un gendarme à terre. Les deux hommes se sont vu prescrire pour l'un deux jours d'ITT, 15 jours pour le deuxième. 

Des agissements également condamnés dimanche par la Fédération française de boxe.

Plusieurs fois champions de France de boxe, Christophe Dettinger, dit "Le gitan de Massy", n'a pas de casier judiciaire, il n'y avait pas de raison d'aller le chercher en force, surtout s'il se trouve par exemple dans un camp de gens du voyage chez son père, confiait ce week-end un proche du dossier. Et puis il y a eu les appels à se rendre de ses anciens entraîneurs. 

L'ancien double champion de France lourd léger a été placé aussitôt en garde à vue. Il est interrogé par les enquêteurs de la sûreté parisienne, d'abord pour savoir s'il reconnait être l'auteur des coups portés contre les deux gendarmes qui ont porté plainte dimanche et ensuite sur les raisons qui l'ont poussé à frapper et piétiner notamment un gendarme à terre, qui est en incapacité totale de travailler durant 15 jours.

Samedi après-midi Christophe Dettinger a utilisé des gants coqués, lesté de plomb, des gants retrouvés à son domicile. Ce sont des gants de motards mais cela pourrait aussi signifier que l'ancien boxeur professionnel a prémédité son acte.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.