Mise en ligne mardi sur Facebook, la vidéo des avocats du Havre cartonne : plus de 300 000 vues pour ce clip, tourné devant le tribunal de grande instance, qui a adapté les paroles de la chanson "basique" du rappeur triple fois récompensé pour dénoncer la réforme voulue par la ministre Nicole Belloubet.

Dans la vidéo inspirée de "Basique" d'Orelsan, les avocats du Havre livrent leurs inquiétudes sur une réforme de la carte judiciaire qui pourrait être mal adaptée.
Dans la vidéo inspirée de "Basique" d'Orelsan, les avocats du Havre livrent leurs inquiétudes sur une réforme de la carte judiciaire qui pourrait être mal adaptée. © Capture d'écran Facebook de l'ordre des avocats du barreau du Havre

Un avocat qui chante mégaphone à la main, au milieu d'une vingtaine de ses collègues en robes noires. Même la chorégraphie du clip d'orelsan est reprise. Seules les paroles changent. Car une partie des 148 robes noires du Havre cherchent à dénoncer la réforme de la carte judiciaire qui va être menée par le ministère de la Justice au printemps.

Cette vidéo, publiée mardi dernier et qui a déjà été visionnée plus de 320 000 fois en moins de 48 heures est une "manière originale d'alerter nos concitoyens", explique Elisa Haussetête, présidente de l'union des jeunes avocats havrais : "La réforme prévoit l'instauration d'un tribunal par département. Concrètement, cela signifierait pour le justiciable un déplacement sur Rouen, à une distance de 80 kilomètres de chez nous."

Des arbitrages attendus courant avril-mai

"Si la forme du message est insolite, le message lui est on ne peut plus sérieux", affirme Pascale Guérard-Berquer, madame le bâtonnier du Havre. Car utiliser l'humour pour faire face à une inquiétude permet de sensibiliser plus efficacement le grand public : "Ce qui inquiète tous les confrères, c'est cette incertitude, cette opacité qui ne permet pas de savoir où nous allons, quand nous y allons et comment nous y arriver." 

Des avocats qui s'interrogent sur le fond mais aussi sur le calendrier de la réforme de la carte judiciaire. Le texte doit être présenté à la mi-mars, les arbitrages territoriaux sont prévus ensuite, sans doute courant avril-mai selon les avocats.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.