l'hôpital nord de marseille théâtre d'une brève prise d'otages mi-août
l'hôpital nord de marseille théâtre d'une brève prise d'otages mi-août © reuters

Un homme blessé par balle et hospitalisé à l'hôpital Nord de Marseille a brièvement pris en otage plusieurs membres du personnel soignant à la mi-août.

L'homme, hospitalisé pour une blessure par balle à la jambe lors d'une altercation dans un bar des quartiers nord de la ville, aurait menacé et séquestré plusieurs infirmières dans la nuit du 12 au 13 août, persuadé que ses agresseurs le traquaient dans l'hôpital.

Le professeur Pascal Thomas a déclaré au journal La Provence:

Il était convaincu que ses agresseurs le cherchaient partout dans l'hôpital pour l'exécuter. Alors il s'est fait amener une arme par un ami.

"On va me finir. Je veux être sécurisé": la scène racontée par Marie-Christine Lauriol

L'individu a été rapidement maîtrisé par les policiers qui n'ont pas retrouvé d'arme. De source proche du dossier, on précise que l'individu a regagné libre son domicile. Aucune plainte n'a été déposée, ni par les infirmières, pas davantage par la direction de l'hôpital. Dans ces conditions, il n'y a eu ni enquête, ni poursuites engagées.

La ministre déléguée aux Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti a précisé:

D'après les services de l'Etat, il ne s'agirait pas d'une prise d'otages, mais de voyous qui ont tenté de faire entrer illégalement une arme au sein de l'hôpital et menacé certains personnels, ce qui est inacceptable.

Elle précise que le directeur de l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille s'est ouvert de cet incident à Jean-Marc Ayrault, le 20 août, lors d'une réunion à laquelle participait le Premier ministre dans la cité phocéenne au lendemain d'un nouveau règlement de comptes mortel dans les quartiers nord de la ville.

De son côté, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin s'insurge:

Je réclame sans cesse des effectifs de police supplémentaires. Dans notre république, il appartient à la police d'assurer la sécurité des personnes et des biens.

Selon Jean-Claude Gaudin, la ville de Lille est privilégiée au détriment de Marseille

"Quand on parle de sécurité, il faut être sérieux" rétorque la maire de Lille, Martine Aubry

.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.