**Trois personnes, un homme de 24 ans et deux mineurs âgés de 15 ans, ont été tuées par balles dans la nuit de samedi à dimanche dans une cité de Marseille, probablement dans le cadre d'un règlement de compte lié à un trafic de stupéfiants.** Les victimes, qui étaient connues des services de police pour des faits de vols à main armée ou trafic de stupéfiants, ont été abattues dans le hall d'un immeuble de la Cité des Lauriers, dans le XIIIe arrondissement de la ville a précisé à la presse le préfet de police, Laurent Nunez. Elles ont été visées vers 2h du matin à l'aide d'armes de calibre 9 mm par une équipe de trois ou quatre personnes qui ont pris la fuite en voiture. **Les enquêteurs font un lien avec deux véhicules retrouvés brûlés dimanche matin** à Gardanne, entre Marseille et Aix-en-Provence, a ajouté le préfet de police. [**Dans un communiqué** ](http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Fusillade-a-Marseille-Bernard-Cazeneuve-souligne-que-la-lutte-contre-la-criminalite-va-se-poursuivre-avec-une-determination-absolue), le ministère de l'Intérieur évoque des actes "inacceptables" et assure que "le gouvernement mène **une lutte sans relâche contre le crime organisé** , à Marseille comme sur le reste du territoire". Le Premier ministre Manuel Valls a également réagi sur Twitter. ### Trafic important dans le secteur La Cité des Lauriers était le cadre d'un important trafic de stupéfiants démantelé en mai et dont la plupart des acteurs ont été écroués depuis. "On peut penser que **le réglement de compte est sans doute lié à une tentative de reprise du trafic** ", a dit Laurent Nunez. > Aucun élement ne laisse penser qu'il s'agit de dommages collatéraux, aucun qu'ils ne soient pas impliqués dans ce trafic. **Les règlements de compte ont fait 11 mots à Marseille depuis le début de l'année** , 16 dans le département des Bouches-du-Rhône soit le même bilan que l'année dernière à la même époque. Face à la multiplication des morts violentes, quelque 200 policiers ont été envoyés en renfort à Marseille fin 2012, ainsi que trois unités de forces mobiles. Devant la presse, le préfet a rappelé que **dix réseaux de trafics de stupéfiants avaient été démantelés depuis janvier** à Marseille, aboutissant à 132 placements en détention et à la saisie d'une tonne et demie de cannabis et 39 kg de cocaïne.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.