La Une de Libération du 8 septembre 2014
La Une de Libération du 8 septembre 2014 © Thibault Lefèvre / Thibault Lefèvre

Selon le quotidien Libération, Mehdi Nemmouche, accusé d'avoir tué quatre personnes au musée juif de Bruxelles en mai, avait l'intention de commettre un attentat à Paris lors du défilé du 14 Juillet. Selon le procureur de Paris, aucun élément de l'enquête sur l'enlèvement et la séquestration de quatre journalistes français en Syrie ne fait état d'un projet d'attentat.

De son côté, Bernard Cazeneuve a également démenti toute information sur un projet d'attentat. "Les affirmations de Libération sont de fausses informations", assure le ministre de l'Intérieur.

Le quotidien cite des procès-verbaux d'auditions des quatre ex-otages français de Syrie libérés le 20 avril, qui ont été entendus par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) durant la garde à vue de Nemmouche, entre le 30 mai et le 2 juin, pour les quatre assassinats de Bruxelles.

Patricia Tourancheau signe l'article dans Libération

Ce Franco-Algérien de 29 ans a été arrêté le 30 mai à Marseille à sa descente d'un car en provenance de Belgique. Il a été remis fin juillet aux autorités belges. Nicolas Hénin, ex-otage en Syrie et journaliste au Point, a confirmé samedi que le suspect avait été l'un de ses geôliers pendant sa captivité, au début de l'année, ce que Le Monde avait révélé un peu plus tôt.

Les précisions de Jean-Pierre Deniau

►► ► LIRE | Nemmouche : geôlier et tortionnaire d'otages français en Syrie

Qui est Nemmouche ?
Qui est Nemmouche ? © Radio France

Une famille iséroise serait partie faire le Djihad en Syrie

Depuis le 29 août dernier, on est sans nouvelle d'une famille recomposée qui vit à Villefontaine, en Nord-Isère.La mère, le père, et les quatre enfants qui vivaient avec eux ont disparu, ils pourraient avoir pris la direction de la Turquie pour ensuite rejoindre la Syrie, mais pour l'instant impossible de confirmer cette information. C'est en fait la mère biologique d'une des filles disparues qui a donné l'alerte.

Les précisions de Maxime Bacquié de France Bleu Isère

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.