Patrouilles et interventions de la police  dans le centre ville de Bruxelles (illustration)
Patrouilles et interventions de la police dans le centre ville de Bruxelles (illustration) © MaxPPP

Deux personnes soupçonnées de préparer des attentats à Bruxelles ont été arrêtées après des opérations policières. Le parquet fédéral belge évoque "des menaces sérieuses d'attentats" visant la capitale belge "durant les fêtes de fin d'année".

Plusieurs lieux emblématiques de Bruxelles étaient visés et les actes devaient être commis durant les fêtes de fin d'année selon le parquet fédéral.

L'un des suspects a été arrêté pour "menaces d'attentats, participation aux activités d'un groupe terroriste en qualité de dirigeant, et recrutement en vue de commettre des infractions terroristes". L'autre pour "menaces d'attentats et participation aux activités d'un groupe terroriste".

Plusieurs auditions

Les arrestations ont eu lieu après des perquisitions, sans lien avec les attentats de Paris, menées dimanche et lundi dans la région de Bruxelles, dans le Brabant flamand et dans la région de Liège à la demande d'un juge d'instruction de Bruxelles, spécialisé en matière de terrorisme. Six personnes ont été entendues par la police , dont les deux finalement arrêtées. Les quatre autres ont été remises en liberté.

Matériel informatique, tenues militaires et documents de propagande

Ni arme ni explosif n'a été découvert lors des perquisitions. Mais les enquêteurs ont trouvé du matériel informatique, des tenues d'entrainement de type militaire et du matériel de propagande de l'organisation Etat islamique.

Bruxelles sous haute surveillance

Face à ces menaces, le niveau d'alerte pour les services de police et les militaires présents à Bruxelles, qui pourraient être des cibles symboliques. Bruxelles est depuis fin novembre placé en alerte de niveau trois , un cran en-dessous du niveau maximal. Elle a été en alerte terroriste maximale fin novembre, face à un risque d'attentat "sérieux et imminent". Dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris du 13 novembre, neuf personnes ont déjà été inculpées en Belgique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.