Policier et menottes
Policier et menottes © Reuters

Le corps d'un veilleur de nuit du centre éducatif de formation professionnelle de Magnac-Laval, en Haute-Vienne, a été retrouvé. Sept mineurs, âgés de 13 à 16 ans, ont été placés en garde-à-vue puis remis en liberté hier soir.

Le veilleur de nuit a été retrouvé dans une mare de sang, au pied de l'escalier, après que l'un des jeunes présent dans le centre a donné l'alerte. Il a été victime d'une douzaine de coups de couteau, au torse et à la gorge.

"On attend de savoir qui est responsable": le maire de Magnac-Laval, Jean-Bernard Jarry

70 gendarmes ont été déployés sur les lieux pour inspecter l'immense domaine de plusieurs milliers de mètres carrés.

Dans le village, la population est choquée: les précisions de Marie-Charlotte Germond

Le procureur de la République de Limoges, Michel Garrandaux a déclaré:

Au terme des auditions aucune charge n'a été retenue l'encontre des mineurs à l'issue de leur garde-à-vue. Celle-ci a été levée à 23h30 hier et les jeunes remis à la direction de l'établissement.

Aucune trace d'effraction n'a été observée dans l'établissement, mais il serait facile de pénétrer dans ce bâtiment ancien.

L'homme, âgé d'une soixantaine d'année, était marié sans enfants. Employé depuis 2001, il était seul sur les lieux au moment du meurtre. Le procureur de la République de Limoges évoque même un "anacharnement".

Les septs jeunes, tous mineurs, présents sur place ont été place en garde-à-vue. L'arme du crime, vraisemblablement un couteau, est toujours recherchée par les enquêteurs.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.