Lors de l'hommage au colonel Beltrame, mercredi matin aux Invalides, Emmanuel Macron a évoqué la mémoire de Mireille Knoll, "assassinée parce qu'elle était juive". D'un strict point de vue judiciaire, les choses sont plus complexes.

Message annonçant la marche blanche du 28 mars en hommage à Mireille Knoll
Message annonçant la marche blanche du 28 mars en hommage à Mireille Knoll © AFP / Lionel Bonaventure

Peut-on parler d'assassinat ?

Le terme d'"assassinat", employé par le président, et par de nombreux responsables politiques et associatifs depuis cinq jours, est impropre. "Assassinat", cela signifie, sur le plan du droit, qu'il y a eu préméditation. Les deux hommes actuellement détenus ont été mis en examen pour "homicide volontaire" : la préméditation, à ce stade, n'est pas retenue par la justice, on peut parler de "meurtre", mais pas d'assassinat.

Quels sont les éléments qui permettent de retenir la circonstance aggravante d'antisémitisme ?

Vendredi dernier, Yacine M. 28 ans, et Alex C., 21 ans, se rendent chez Mireille Knoll, 85 ans, qui vit dans un HLM du 11ème arrondissement de Paris. Yacine M. est un ancien habitant de l'immeuble, il connait bien la vieille dame, il sait qu'elle est de confession juive. En début d'après-midi, il est chez elle, en train de boire un porto, selon le témoignage du fils de Mireille Knoll. Yacine a-t-il dit à son complice : "C'est une juive, elle doit avoir de l'argent" ? Cette phrase, attribuée à l'un des deux hommes (sans plus de précision) par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, à l'Assemblée nationale puis sur France Inter, ne figure pourtant pas dans le dossier

Voici ce que l'on sait, de source judiciaire : Alex C. explique, en garde à vue, que Yacine M. l'appelle pour lui proposer un vol facile, sans mentionner le fait que la victime est juive. Ensuite, les circonstances qui ont transformé ce mobile, apparemment crapuleux, en crime restent floues. Alex C. relate une conversation, avec la vieille dame, dans son salon. Il est fait mention de la guerre d'Algérie. Dans le cours de cette discussion, Yacine M. énonce cette phrase : "les juifs, ils ont une bonne situation". Une déclaration qu'Alex C. ne met pas, pour autant, en lien avec l'agression, ensuite, sur la personne de Mireille Knoll. 

Les versions des deux hommes divergent ensuite totalement : chacun accuse l'autre d'avoir tué la vieille dame. Selon Alex C., Yacine M., qui était sous l'emprise de l'alcool, aurait crié "Allah Akbar" en portant les coups de couteau. Mireille Knoll est retrouvée morte à 18h30, poignardée, dans son appartement en partie incendié. C'est sur la base de ces déclarations en garde à vue que la circonstance aggravante d'homicide "à raison de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion" a été, à ce stade, retenue par les magistrats instructeurs. 

Quels sont les antécédents judiciaires des suspects ?

Mireille Knoll n'avait pas porté plainte contre Yacine M. C'est l'aide de vie de la vieille dame qui avait déposé une main courante au commissariat, en février 2017 : l'homme a fait subir des attouchements sexuels à sa fille de 12 ans, et proféré des menaces envers elle. Cette femme était hébergée, ainsi que sa fille, chez Mireille Knoll. Pour ces faits, Yacine M. est arrêté, puis condamné à 2 ans de prison dont 14 mois assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve (SME). Sorti en septembre 2017, après avoir purgé la partie ferme de sa condamnation, il était sous le coup de ce SME, avec interdiction de se rendre dans l'immeuble où résidait Mireille Knoll et son aide de vie, et où habitent également ses parents. L'homme avait déjà fait de la prison, pour des faits similaires d'agression sexuelle, il n'était pas signalé pour radicalisation.

Alex C., sans domicile fixe de 21 ans, était sorti de détention en janvier, après une condamnation pour vol. Son casier judiciaire fait état de multiples condamnations pour des faits similaires. Les deux hommes se seraient rencontrés en prison.

Les prochaines étapes de l'enquête

En garde à vue, les deux hommes ont été entendus séparément. Les deux juges d'instruction chargés de l'enquête devraient organiser prochainement une confrontation, pour tenter d'y voir plus clair sur le déroulement et le mobile du crime. Hormis un téléphone portable, on ignore à ce stade si des objets ont été dérobés chez la vieille dame.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.