ouverture d'une information judiciaire en france sur le vol mh370
ouverture d'une information judiciaire en france sur le vol mh370 © reuters

Enquêteurs, experts et juges français et malaisiens se sont réunis ce lundi pour faire le point sur les dernière découvertes et mettre en place des systèmes de coopération entre les deux pays. La réunion a duré près de deux heures.

L'enquête sur la disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines est plus que jamais relancée. Il y a cinq jours, des débirs d'aile et de bagages étaient retrouvés sur les côtes de La Réunion. Ils ont été acheminés en métropole pour être analysés à partir de mercredi près de Toulouse.

Partager les derniers éléments

Le directeur général de l'aviation civile malaisien Azharuddin Abdul Rahman, ainsi que des représentants de la justice malaisienne et de la compagnie Malaysia Airlines ont fait le déplacement jusqu'à Paris. En début d'après-midi, ils ont rencontré à huis clos un des trois juges français en charge de l'affaire. Des enquêteurs et experts du BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses) étaient également présents. Ensemble, ils ont fait le point sur les dernières découvertes et sur les modalités de coopération judiciaire. L'objectif est toujours de déterminer ce qu'il est advenu du vol MH370.

La délégation malaisienne a quitté le Palais de Justice de Paris sans faire de commentaires. Le juge d'instruction a, de son côté, rappeler que l'hypothèse privilégiée était celle d'un détournement de l'avion, pour des raisons encore inconnues. Il a appelé à une "totale transparence" pour garantir la vérité aux familles des victimes.

Les précisions d'Olivier Boy

Le 8 mars 2014, il a mystérieusement disparu des radars entre Kuala-Lumpur et Pékin, au-dessus de l'océan Indien. Il y avait 239 personnes à bord, dont 153 Chinois et quatre Français (d'où l'ouverture d'une enquête en France).

C'est la première fois qu'une réunion de ce genre est organisée, Corinne Audouin.

►►► A LIRE AUSSI | MH370 : La Malaisie demande de l'aide

Peu de chances de résoudre le mystère

Les premières expertises ont permis de déterminer que le débris récolté à La Réunion appartient bien à un Boeing 777, or celui de la Malaysia Airlines est le seul à s'être crashé dans la région. Le laboratoire toulousain, assisté d'experts du constructeur Boeing, devrait confirmer qu'il s'agit bien de ce type d'avion.

Mais au-delà de l'identification de l'appareil, il y a peu de chances que les résultats puissent donner davantage de précisions sur le scénario de la catastrophe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.