Le palais de justice de Bordeaux
Le palais de justice de Bordeaux © Dominique Lemarié

C’était l’un des six prévenus du procès Bettencourt à avoir fait appel de sa condamnation. Carlos Cassina Vejarano ne sera pas rejugé à Bordeaux, à partir du 10 mai prochain : l’ancien gestionnaire de l’île d’Arros s’est éteint au Mexique, le 3 avril dernier, à l’âge de 68 ans.

Atteint d’une maladie dégénérative du cerveau, Carlos Vejarano était absent lors du procès pour abus de faiblesse contre la milliardaire Liliane Bettencourt, qui s’était tenu début 2015. Aux côtés notamment de François-Marie Banier et de Patrice de Maistre, Carlos Vejarano avait été condamné à 18 mois de prison, dont 9 avec sursis, ainsi qu’à une amende de 250.000 euros, pour abus de faiblesse et abus de confiance. En 2009, il avait touché une donation de 2 millions d’euros de la vieille dame.

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a estimé qu’il avait également détourné des fonds destinés à la gestion de l'île, à hauteur de 3,6 millions d’euros. Au plan civil, il avait été condamné à verser 5,6 millions d’euros de dommages et intérêts à Liliane Bettencourt. Au cours du procès, son avocate, Anne-Jessica Fauré, avait vivement contesté ces accusations, expliquant notamment que la donation lui avait été proposée par Patrice de Maistre, alors qu’il souhaitait une garantie pour un prêt:

Cette île, il s'en est occupé pendant quarante ans, c'était son bébé

Avec sa mort, l’action publique est donc éteinte contre Carlos Vejarano. Sa veuve, Elena Turrini, que nous avons jointe au téléphone, tient à défendre la mémoire de son mari:

Ce procès, pour lui, c’était incompréhensible, c’était une profonde injustice. Il a été condamné sur la base d’accusations de personnes qui voulaient récupérer l’île en héritage. Il a tout perdu dans cette affaire : l’île, dont il s’est occupé pendant quarante ans, c’était comme son bébé. Et il est mort sans un sou.

Avant que les Bettencourt ne l’achètent en 1999, Carlos Vejarano s’occupait en effet déjà de l’île des Seychelles, pour son précédent propriétaire, le prince Sharam Pahlavi, neveu du shah d’Iran. De Carlos Vejarano, citoyen espagnol né aux Etats-Unis, ne restent aujourd’hui que quelques photos, celles d’un bel homme, bronzé, cheveux blancs, regard bleu azur ; et le souvenir d’une île paradisiaque cernée d’un lagon turquoise. L’île d’Arros a été rachetée en 2012 par un milliardaire saoudien.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.