Les associations Innocence en Danger et Enfance et Partage ont assigné l'Etat pour "faute lourde" suite à la mort de Marina Sabatier, 8 ans, sous les coups de ses parents.

Procès Marina - le box des accusés
Procès Marina - le box des accusés © Radio France / corinne audouin
Marina, c’est cette fillette morte en 2009 sous les coups de ses parents. Ils ont été condamnés en juin 2012 à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Sarthe pour faits de torture et barbarie ayant entraîné la mort. Mais les deux associations, qui s’étaient portées partie civile durant le procès, on décidé de demander des comptes à l’Etat en dénonçant les dysfonctionnements dans le suivi des enfants victimes de violences. Pour Marina, les services sociaux avaient été alertés par les enseignants pour des suspicions de mauvais traitements, mais une enquête du parquet du Mans avait été classée sans suite le 6 octobre 2008. Si les gendarmes et le parquet du Mans avaient mené l'enquête jusqu'au bout, Marina aurait-elle pu être sauvée ? Cette question avait plané sur le procès des parents de la petite fille. Cette fois elle sera au cœur des débats. _Corinne Audouin_
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.