"C'était une blague", a expliqué Anne-Sophie Leclère
"C'était une blague", a expliqué Anne-Sophie Leclère © maxppp

L'ex-candidate du Front national à Rethel dans les Ardennes a été condamnée à 9 mois de prison ferme, 5 ans inéligibilité et 50.000 euros d'amende par le Tribunal de Grande Instance guyanais.

Anne-Sophie Leclère a été condamnée mardi par le tribunal de grande instance de Cayenne à neuf mois de prison ferme et 5 ans d'inéligibilité. L'ex-tête de liste FN aux municipales à Rethel dans les Ardennes a été condamnée pour avoir comparé la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, à un singe sur son profil Facebook.

Le Front national également condamné

Le tribunal de Cayenne n'en est pas resté là puisqu'il a également condamné le Front national à 30.000 euros d'amende. Le parti de Marine Le Pen a critiqué cette décision évoquant des "condamnations révoltantes". Le FN et l'ex-candidate vont faire appel.

Le parti évoque un procès de "chausse-trappe" au motif qu'il "n'est pas parvenu à trouver à Cayenne un avocat susceptible de le défendre". C'est le mouvement guyanais Walwari qui avait porté plainte pour "dénoncer le fond idéologique d'extrême-droite du parti de Marine Le Pen".

La garde des Sceaux a affirmé dans la matinée que le tribunal de Cayenne avait jugé "selon le code pénal".

"Rien à voir" avec du racisme

Le TGI de Cayenne est allé au-delà des réquisitions du parquet. Le 17 octobre dernier, dans un reportage de l'émission "Envoyé spécial" sur France 2, l'ex candidate FN était interrogée sur un photomontage qu'elle avait posté sur sa page Facebook. D'un côté, on pouvait voir un singe et de l'autre la garde des Sceaux, avec les légendes "à 18 mois" et "maintenant", Mme Leclère avait alors expliqué : "ça n'a rien à voir" avec du racisme. "Cette photo, c'était de l'humour."

Une décision historique

Après la médiatisation de cette affaire, Anne-Sophie Leclère avait été exclue du FN le 3 décembre par la présidente du parti, Marine Le Pen. Pour Joël Pied, secrétaire régional de Walwari, il s'agit d'une "décision historique et salutaire…Une institution notable de la République reconnaît que le Front National est condamnable par le droit, et qu'il s'agit d'un parti raciste. Nous espérons que cette décision va faire date."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.