Manifestations à New York : un policier blan non-inculpé après la mort d'un homme noir
Manifestations à New York : un policier blan non-inculpé après la mort d'un homme noir © Reuters / Adrees Latif

Des milliers de personnes ont manifesté cette nuit à New York, une trentaine d'entre eux ont été arrêtés. Ils protestaient contre une décision du grand jury de ne pas inculper un policier blanc, après la mort d'un homme noir lors d'une interpellation.

Les faits se sont déroulés le 17 juillet dernier, à Staten Island. Eric Garner est interpellé pour vente illégale de cigarettes. Au cours de l'arrestation, un policier de 29 ans, Daniel Pantaleo, le plaque violemment au sol. Sur les images d'une vidéo amateur (largement diffusée sur internet), on voit le père de famille se plaindre de ne pas pouvoir respirer. Obèse et asthamtique, il ne s'est jamais relevé, a été déclaré mort à son arrivée à l'hôpital et le médecin légiste a conclu à un homicide.

Pourtant, hier, les 23 citoyens américains qui composent le grand jury de New York depuis septembre ont décidé "qu'il n'y avait pas de cause raisonnable de voter pour une inculpation" du policier blanc. Après l'annonce, près de 5.000 personnes se sont réunies à Times Square et près du Rockefeller Center. D'autres manifestations ont eu lieu à Harlem et Staten Island.

Les proches de la victime ont expliqué ne pas comprendre la décision. Sa mère a affirmé : "Comment pouvons-nous avoir confiance dans notre système judiciaire quand ils nous déçoivent à ce point ?"

Le reportage à New York de Charlotte Alix __

La police a arrêté plus d'une trentaine de personnes. Les forces de l'ordre étaient mobilisées en nombre, pour éviter tout débordement. Quelques heures plus tôt, les autorités avaient annoncé le lancement d'un programme pilote équipant des policiers de mini-caméras"pour améliorer la confiance entre la police et les communautés" .

Pas de suites à New York, mais une enquête fédérale

Le policier Daniel Pantaleo ne sera donc pas inquiété par les autorités judiciaires de l'Etat de New York. Mais le ministre de la Justice, Eric Holder, a annoncé hier qu'une enquête fédérale devrait établir s'il y a eu violations des droits civiques d'Eric Garner.

Barack Obama, le président américain, a lui aussi pris la parole. Il a réagi, en termes généraux, et affrimé que "trop souvent, les personnes ne pensent pas que les gens sont traités de manière équitable. Dans certains cas, cela peut-être une incompréhension, mais c'est parfois la réalité" .

Ferguson encore dans toutes les têtes

Il y a dix jours à peine, un autre grand jury rendait une décision similaire à Ferguson, dans le Missouri. Elle avait entraîné des émeutes pendant plusieurs jours dans la ville.

Hier, sur les panneaux brandis, on pouvait lire "Ferguson est partout" , "la brutalité de la police et les meurtres doivent s'arrêter" , ou encore "la vie des Noirs compte" . Les manifestants scandaient : "Pas de justice, pas de paix" , slogan également entendu à Ferguson.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.