Déjà mis en examen pour meurtre dans le cadre de l'enquête sur la disparition, cet été, de la petite Maëlys, l'ancien militaire est désormais suspecté d'avoir assassiné Arthur Noyer, un jeune homme dont le crâne a été retrouvé et identifié.

Nordahl Lelandais était déjà mis en examen pour meurtre dans le cadre de l'enquête sur la disparition, en août dernier, de la petite Maëlys.
Nordahl Lelandais était déjà mis en examen pour meurtre dans le cadre de l'enquête sur la disparition, en août dernier, de la petite Maëlys. © Maxppp / Jean-Baptiste Quentin

Nordahl Lelandais était donc bien présent à Chambéry (Savoie), dans la nuit du 11 au 12 avril dernier. 

Il a contesté l'ensemble des faits lui étant reprochés, tout en admettant s'être retrouvé sur les lieux en même temps qu'Arthur Noyer

a précisé ce mercredi Thierry Dran, le procureur de la République de Chambéry. Arthur Noyer est un jeune chasseur alpin, porté disparu depuis une sortie en boîte de nuit, et dont le crâne a été retrouvé le 7 septembre dernier. "L'ADN prélevé sur le crâne était bien celui d'Arthur Noyer", a encore précisé le procureur, après avoir annoncé la mise en examen de Nordahl Lelandais pour assassinat dans cette affaire.

Un ancien maître-chien devenu petit dealer

Nordahl Lelandais, 34 ans, était à Chambéry au moment de la disparition d'Arthur Noyer, comme il était à Pont-de-Beauvoisin (Isère) au moment de celle de Maëlys, dans la nuit du 26 au 27 août dernier, lors d'une fête de mariage. Une fête à laquelle il a été invité tardivement et, selon lui, pour fournir "quelques produits" aux invités. Selon son avocat, aucune condamnation pour trafic de stupéfiants n'est inscrite sur son casier judiciaire. Mais chez ses parents, avec lesquels il vit, à Domessin (Savoie), les riverains le décrivent volontiers comme un petit revendeur, de drogue ou de pièces détachées.

Ancien militaire, Nordahl Lelandais aime la pêche et la chasse, les arts martiaux, et surtout les chiens. Il a voulu en faire son métier, d'abord comme maître-chien au sein du 132e Bataillon cynophile de l’Armée de terre basé à Suippes (Marne). En 2010, après l'armée, il s’est installé comme éducateur canin, avant d'arrêter son activité. Sur sa page Facebook, fermée depuis son incarcération, l'homme avait mis en ligne des dizaines de photos de pit-bulls, de malinois ou de rottweillers.

Interrogé par les enquêteurs sur la présence de l'ADN de Maëlys dans sa voiture, Nordahl Lelandais a reconnu, selon son avocat, que la petite fille était bel et bien montée dans le véhicule, "pour voir si ses chiens étaient dans le coffre". Mais il a toujours nié être impliqué dans la disparition de la fillette. Dans le cadre de cette enquête, l'homme de 34 ans est mis en examen pour meurtre.

"Manipulateur" ou "nouveau Patrick Dils" ?

Pour chaque élément troublant de la nuit où a disparu Maëlys, Nordahl Lelandais a une réponse. Pourquoi s'est-il changé ?Parce qu'il a taché son short avec du vin, selon son avocat. Pourquoi a-t-il lavé sa voiture ? Parce qu'il allait la revendre, selon son avocat. Pourquoi présentait-il des égratignures aux bras et aux genoux? Il a jardiné au milieu des framboisiers, selon son avocat. 

Dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Arthur Noyer, le procureur de la République de Chambéry évoque des indices "graves et concordants" : le magistrat explique que les deux téléphones utilisés par le suspect ont "déclenché entre 23H48 et 3H41 les mêmes relais" que celui du militaire disparu. Le 25 avril, Nordahl Lelandais a effectué une recherche Internet sur son téléphone portable avec les mots clés "décomposition d'un corps humain".

Interrogée par Le Parisien en septembre dernier, la mère du double suspect numéro 1 assurait que son fils n'était pas "un monstre" et disait voir en lui "un nouveau Patrick Dils", condamné puis acquitté pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz, en 1986. Les anciennes petites amies de Nordahl Lelandais ont livré un portrait sensiblement différent aux enquêteurs. Certaines de ces jeunes femmes l'ont décrit comme un homme manipulateur, potentiellement violent, et qui les a harcelées quand elles l'ont quitté.

Le procureur de Chambéry Thierry Dran a annoncé ce mercredi que les enquêteurs allaient désormais examiner "toutes les disparitions inquiétantes dans la région", à la recherche de possibles liens avec Nordahl Lelandais.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.