gendarmerie nationale
gendarmerie nationale © MaxPPP

Cinq personnes ont été interpellées ce vendredi à Sautron près de Notre-Dame-des-Landes en Loire-Altantique. Ces opposants au projet controversé d' aéroport ont tenté de forcer le portail de la brigade de gendarmerie et tagué le bâtiment.

De grands aplats de couleur sur les murs de la gendarmerie de Sautron : le bâtiment de la brigade située à une quinzaine de kilomètres au sud de Notre-Dame-des-Landes été vandalisé ce vendredi matin. Des dégradations à coups de grands jets de peinture et de bombe aérosol. Les opposants, a priori arrivés du site du projet controversé de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, sont passés à l’action vers 9 heures.

Une quarantaine de personnes cagoulées, gantées et réparties dans une dizaine de véhicules ont réussi à pénétrer dans l’enceinte de la brigade en forçant le portail. Ils ont maculé les murs de peinture avant de déposer une banderole estampillée "Poulailler en quarantaine" à l’entrée du bâtiment. Cinq personnes ont été finalement été interceptées par les gendarmes suite à cette opération.

Reportage de Pascale Boucherie

Tentative de représailles ?

Plusieurs autres opposants au projet d’aéroport ont été arrêtés dans la nuit de jeudi à vendredi. Une série d’interpellation dans le cadre d'une enquête sur des vols de carburant. La gendarmerie ne précise pas, pour l’instant, s’il y a un lien entre les deux affaires. Un véhicule de gendarmerie a été également dégradé à Vigneux-de-Bretagne, commune située entre Notre-Dame-des-Landes et Sautron. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve condamne "très fermement ces exactions".

► ► ► RÉÉCOUTER | L'aéroport de Notre-Dames-des-Landes doit-il aller au diable ?

Dans un communiqué, les organisateurs de l'opération assurent qu'il s'agit d'une action "symbolique et bon enfant" pour dénoncer les violences des forces de l'ordre après la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse sur le chantier du barrage de Sivens dans le Tarn.

Un incident à la veille d’une manifestation prévue samedi après-midi à Nantes. Le rassemblement est organisé par les Zadistes, les opposants du site de Notre-Dame-des-Landes, pour protester contre les violences policières. La manifestation, non-déclarée en préfecture, se fera sous haute surveillance : de violents affrontements ont éclaté à Nantes entre manifestants et policiers le 2 novembre dernier en marge d’un rassemblement après la mort de Rémi Fraisse. Une vingtaine de personnes ont été interpellées.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.