arrestation en france de quatre personnes liées aux filières djihadistes
arrestation en france de quatre personnes liées aux filières djihadistes © reuters

L'homme, un Tunisien de 28 ans, jouait (selon le ministère de l'Intérieur) un "rôle central" dans le recrutement de jeunes pour partir combattre en Syrie. En situation régulière, il a été expulsé "en urgence absolue" vers la Tunisie.

C'est un phénomène que le gouvernement veut endiguer à tout prix, et à n'importe quel moyen : le départ de dizaines de jeunes Français vers la Syrie pour y rejoindre les rangs des djihadistes. Ils sont environ 300 actuellement sur place, selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui craint aussi leur retour, comme dans l'affaire de la tuerie du Musée Juif à Bruxelles.

Arrêté la semaine dernière à Grenoble, l'homme était en situation régulière, titulaire d'une carte de séjour qui expirait en 2018. Il avait déjà effectué plusieurs mois d'emprisonnement en Tunisie pour son engagement dans la mouvance salafiste locale. Un motif suffisant pour la place Beauvau, qui a décidé son expulsion immédiate vers son pays.

Les précisions d'Aurélien Colly

"Un rôle central" et des soupçons

Une expulsion décidée "en urgence absolue, au regard de la menace que sa présence constituait pour la sécurité publique et la sûreté de l'Etat", selon le communiqué du ministère, qui précise que le Tunisien "jouait un rôle central dans le recrutement de jeunes djihadistes". Il était "avant tout un prosélyte", soupçonné d'envoyer de jeunes combattants se former en Tunisie avant de partir pour la Syrie. Il serait lié à plusieurs départs ou tentatives de départs.

Face à ce phénomène, le gouvernement a lancé il y a deux mois un plan pour empêcher le départ de ces jeunes Français : avec la possibilité d'expulser immédiatement tout ressortissant étranger impliqué dans ces filières... Avec ou sans décision de justice.

Pour Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, aucun doute sur les activités de l'individu

Le plan prévoit aussi la possibilité pour les proches de candidats au djihad de les signaler aux autorités, via un site Internet et un numéro vert.

1 600 Djihadistes français ?
1 600 Djihadistes français ? © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.