L'avocat de François Fillon a dénonce "une fuite à charge" après les révélations ce lundi de Mediapart sur une rémunération de Penelope Fillon dès le premier mandat de son époux.

La date du début de la collaboration de Penelope Fillon auprès de son mari a évolué depuis les premières révélations du Canard enchaîné
La date du début de la collaboration de Penelope Fillon auprès de son mari a évolué depuis les premières révélations du Canard enchaîné © AFP / CITIZENSIDE / Francois PAULETTO

"Penelope Fillon a en fait bénéficié d'argent public dès le premier mandat parlementaire de son mari", écrit Mediapart dans un article (payant) publié ce lundi sur le site d'informations en ligne, soit depuis 1982 comme chargée de mission, "et non pas depuis 1986, comme [François Fillon] l'a affirmé".

Ces révélations sont liées à l'instruction en cours sur la véracité de l'emploi d'assistante parlementaire de Penelope Fillon, un emploi pour lequel des soupçons d'emploi fictif pèsent sur François Fillon et son épouse.

"Une fuite à charge" pour l'avocat de François Fillon

Suite à ces révélations, l'AFP rapporte lundi soir la confirmation de l'avocat de François Fillon, Me Antonin Levy : "des contrats d'études avaient été saisis lors de la première perquisition à l'Assemblée", le 31 janvier, sans toutefois préciser les modalités de ces contrats. "A ce jour, ces éléments n'intéressent pas la justice", a fait valoir l'avocat, qui précise que François Fillon a été mis en examen uniquement pour des faits postérieurs à 1997.

"La bonne question à se poser, c'est pourquoi le Parquet national financier qui, lui, avait connaissance de ces documents depuis des semaines, n'en a pas parlé et pourquoi cette information sort à 14 jours du premier tour", a-t-il réagi. Il a dénoncé "une fuite à charge" démontrant "l'instrumentalisation de la procédure pour [...] influer sur la campagne électorale".

Variations dans les déclarations de François Fillon

La date de début de la collaboration de Penelope Fillon auprès de son mari a varié depuis les premières révélations le 25 janvier du Canard enchaîné. Les enquêteurs s'interrogent sur la réalité des emplois de la discrète épouse, comme collaboratrice parlementaire auprès de son mari puis de son suppléant à l'Assemblée, Marc Joulaud, ainsi qu'à la Revue des deux mondes.

François Fillon a été mis en examen le 14 mars, notamment pour détournement de fonds publics et recel d'abus de biens sociaux. Son épouse a été mise en examen le 28 mars, notamment pour complicité et recel de détournement de fonds publics et recel d'escroquerie aggravée.

Lors d'une interview sur TF1 au lendemain des révélations, le candidat de la droite avait affirmé avoir commencé à rémunérer à partir de 1997 sa femme, assurant qu'elle travaillait pour lui depuis sa première élection en 1981. Elle l'a fait "bénévolement pendant des années", avait-il expliqué.

Puis il a indiqué avoir rémunéré sa femme comme assistante parlementaire à partir de 1986. Jusqu'en 2013, auprès de François Fillon ou de son suppléant Marc Joulaud (2002-2007), Penelope Fillon a perçu 680.380 euros net, soit environ une moyenne de 3.600 euros mensuels, d'après des données que le candidat a publiées sur son site.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.