Le parquet de Paris annonce ce mardi l'ouverture d'une enquête pour viols et agressions sexuelles. Dans un livre à paraître jeudi, Camille Kouchner raconte l'inceste subi par son frère jumeau de la part de leur beau père, le politologue Olivier Duhamel, et le silence de leur entourage après la révélation des faits.

Le politologue Olivier Duhamel en mai 2016, après son élection à la tête de la Fondation nationale des sciences politiques
Le politologue Olivier Duhamel en mai 2016, après son élection à la tête de la Fondation nationale des sciences politiques © AFP / Stéphane de Sakutin

Il aura fallu moins de 24 heures pour que la justice s'empare de l'affaire. Dans un communiqué diffusé ce mardi, le parquet de Paris a annoncé ouvrir une enquête des chefs de "viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité", visant Olivier Duhamel. Le ministère public précise que cela fait suite à la "publication de différents articles de presse".

Lundi 4 janvier, une enquête du Monde révélait la publication à venir ce jeudi aux éditions du Seuil d'un livre jusqu'ici confidentiel, signé Camille Kouchner et intitulé "La Familia grande". La fille de l'ancien ministre et d'Evelyne Pisier y raconte l'inceste dont a été victime son frère jumeau, de la part de son beau-père, le constitutionnaliste Olivier Duhamel, à  la fin des années 1980, alors qu'il était adolescent. Des faits révélés plus tard à leur entourage, aux amis de la famille, qui sont restés muets pour éviter tout scandale, rapporte Camille Kouchner. 

Une "précédente procédure" sur ces faits avait été classée sans suite en 2011, a révélé le procureur Rémy Heitz dans son communiqué. "Les nouvelles investigations, confiées à la Brigade de protection des mineurs (BPM) de la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), s'attacheront à faire la lumière sur ces faits, à identifier toute autre victime potentielle et à vérifier l'éventuelle prescription de l'action publique", a-t-il ajouté.

Démission

Olivier Duhamel, qui a appris l'existence de ce livre le 3 janvier, a fait savoir lundi sur Twitter (dans un compte supprimé depuis) qu'étant "l'objet d'attaques personnelles" et "désireux de préserver les institutions" dans lesquelles il travaillait, il mettait fin à ses fonctions, notamment à la tête de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) qui finance Sciences Po. La chaîne LCI et la radio Europe 1 ont également fait savoir que le politologue n'officierait plus sur leurs antennes respectives. 

Citée parmi les proches d'Olivier Duhamel, Élisabeth Guigou, présidente de la toute nouvelle commission sur l'inceste, s'est défendue d'avoir eu connaissance de ces accusations. "Nous côtoyons tous des victimes et des agresseurs sans le savoir", a déclaré à L'Obs l'ancienne garde des Sceaux socialiste. "Je ne fais pas exception à la règle". "Le silence pendant des années de cette famille, que je connais, nous montre combien il faut être courageux pour que ce tabou puisse être levé", a-t-elle ajouté.